Boeing a connu plusieurs incidents ces dernières semaines. De plus en plus de voyageurs expriment une crainte à l’idée de voyager dans les avions du constructeur — en particulier le 737 Max. Ces peurs sont naturelles. Sont-elles toutefois fondées ?

Cela fait des décennies que le géant américain de l’aérospatiale Boeing assure des voyages aériens sûrs. Depuis les années 1990, Boeing et son concurrent européen Airbus dominent le marché des gros porteurs.

Mais cette année, Boeing a fait parler d’elle pour de bien mauvaises raisons. En janvier, une porte s’est détachée d’un Boeing 737 MAX en plein vol, déclenchant une enquête des autorités fédérales de régulation des États-Unis.

Plus récemment, un avion de la marque a perdu un pneu au décollage, un autre a dû rebrousser chemin en raison d’une fuite de liquide, un moteur a pris feu, un train d’atterrissage s’est affaissé, et un appareil a « chuté » en vol, blessant des dizaines de passagers. Un ingénieur de Boeing, lanceur d’alerte concernant le contrôle qualité de fabrication des avions 787 et 737 MAX de la société s’est suicidé le 9 mars dernier.

En tant que voyageurs, devons-nous nous inquiéter ?

Boeing 787 Dreamliner Une
Un Boeing 787 Dreamliner. // Source : Gilbert Sopakuwa

Des incidents successifs sur des avions, mais Boeing n’est pas toujours en cause

La récente série d’événements a certainement été dramatique, mais tous ne peuvent pas être imputés à Boeing. Cinq incidents se sont produits sur des avions appartenant et exploitées par United Airlines. Ils sont liés à des facteurs échappant au contrôle du constructeur, tels que des problèmes de maintenance, la présence potentielle de débris de corps étrangers et une éventuelle erreur humaine.

Un Boeing 777 de United Airlines reliant San Francisco au Japon a perdu un pneu au décollage, un problème de maintenance qui n’est pas lié à Boeing. L’avion s’est posé sans encombre à Los Angeles.

Un vol United Airlines de Sydney à destination de Los Angeles a dû retourner à Sydney en raison d’un problème de maintenance après qu’un liquide se soit échappé de l’avion au moment du départ.

Un United Airlines 737-900 reliant le Texas à la Floride s’est retrouvé avec du papier bulle dans le moteur, ce qui a provoqué un décrochage du compresseur. Il s’agit d’une interruption du flux d’air vers un moteur en fonctionnement, qui provoque un retour de flamme et émet des flammes.

Un United Airlines 737 Max reliant le Tennessee au Texas a subi un affaissement du train d’atterrissage après un atterrissage normal. Le pilote a continué jusqu’au bout de la piste avant de sortir sur une voie de circulation – peut-être à une vitesse trop élevée – et l’avion s’est retrouvé dans l’herbe et le train d’atterrissage principal gauche s’est affaissé.

Le cinquième événement s’est produit lors d’un vol United Airlines 737-8 entre les Bahamas et le New Jersey. Les pilotes ont signalé que les pédales de direction, qui contrôlent les mouvements gauche et droit de l’avion en vol, étaient bloquées en position neutre pendant l’atterrissage.

moteur 737 Max 8 avion
Un moteur d’un moteur Boeing 737 Max. // Source : Liam Allport

Un contrôle qualité insuffisant sur les avions Boeing

La défaillance, en janvier, de la porte de sortie s’est produite sur un vol d’Alaska Airlines. Les autorités de régulation américaines enquêtent actuellement sur l’assurance qualité de la fabrication de Boeing à la suite de cette défaillance.

Cette porte a été installée par un sous-traitant de Boeing, Spirit AeroSystem. Les boulons de la porte n’étaient pas correctement fixés et la porte est tombée en vol. Le même avion avait connu une série d’alarmes de pressurisation lors de deux vols précédents et devait faire l’objet d’une inspection de maintenance à la fin du vol.

Spirit a vu le jour après que Boeing a fermé ses propres usines de fabrication dans le Kansas et l’Oklahoma, et Boeing est actuellement en train de racheter la société afin d’améliorer le contrôle qualité. Spirit travaille actuellement avec Airbus, mais cela pourrait changer.

Une culture d’entreprise qui a évolué chez Boeing

Des critiques affirment que la culture de Boeing a changé depuis qu’Airbus est devenu un concurrent majeur au début des années 2000. L’entreprise a été accusée de privilégier le profit au détriment de la qualité de l’ingénierie.

D’anciens membres du personnel ont fait part de leurs préoccupations concernant les calendriers de production serrés, qui augmentaient la pression exercée sur les employés pour qu’ils terminent les avions à temps. Cette situation a conduit de nombreux ingénieurs à remettre en question ces processus et l’administration fédérale de l’aviation (FAA) a infligé une amende à Boeing pour manquement au contrôle de la qualité, après la découverte d’outils et de débris sur des avions en cours d’inspection.

Plusieurs employés ont témoigné devant le Congrès américain sur les problèmes de production liés au contrôle qualité. Sur la base des conclusions du Congrès, la FAA a commencé à inspecter de plus près les processus de Boeing.

ailette du 737 MAX
L’ailette du 737 MAX. // Source : Boeing

Plusieurs employés de Boeing ont fait remarquer que le taux de rotation du personnel était élevé pendant la pandémie de Covid. Cette situation n’est pas propre à l’entreprise, car tous les processus de fabrication et les installations de maintenance des compagnies aériennes dans le monde ont également été touchés par un taux de rotation élevé.

Il en résulte une grave pénurie d’ingénieurs de maintenance qualifiés et de pilotes. Ces pénuries ont créé plusieurs problèmes qui empêchent l’industrie du transport aérien de revenir aux niveaux pré-pandémiques de 2019. Les compagnies aériennes et les centres de formation à la maintenance du monde entier travaillent d’arrache-pied pour former des remplaçants, mais cela prend du temps car on ne devient pas ingénieur qualifié ou pilote de ligne du jour au lendemain.

Alors, peut-on encore voler en toute sécurité sur des avions Boeing ? Oui, c’est le cas. Malgré les incidents dramatiques rapportés par les médias et les messages sur les réseaux sociaux se moquant de l’entreprise, le transport aérien reste extrêmement sûr, y compris pour Boeing.

Nous pouvons nous attendre à ce que ces problèmes concernant les avions Boeing soient maintenant corrigés. L’impact financier a été considérable, de sorte que même une entreprise motivée par le profit exigera des changements.

The conversation logo

Doug Drury, Professor/Head of Aviation, CQUniversity Australia

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !