Pour aller sur Mars, SpaceX doit traverser un gouffre spatial. La société doit aussi trouver un bon endroit pour pouvoir poser ses capsules. Pour l'instant, quatre spots prometteurs ont été repérés.

On le sait, SpaceX veut aller sur Mars. L’aventure vers la planète rouge promet d’être palpitante, car il faudra véritablement franchir un gouffre spatial pour arriver à bon port. En effet, même lorsque la Terre sera à une distance minimale de sa voisine, elles seront encore séparées de plus de 55 millions de kilomètres. Et ce n’est pas tout d’y aller : encore faut-il savoir où atterrir.

Justement, SpaceX commence à avoir une petite idée des spots d’atterrissage (ou bien doit-on dire « d’amarsissage » ?). Samedi, lors d’un symposium dont le site SpaceNews s’est fait l’écho, l’entreprise fondée par Elon Musk a annoncé avoir repéré quatre lieux prometteurs pour se poser sur Mars. Tous se trouvent dans l’hémisphère nord de la planète rouge.

Mars
CC Kevin Gill

Il s’agit d’Arcadia Planitia et d’Utopia Planitia, deux plaines dont la deuxième a été visitée en 1976 par l’atterrisseur Viking 2, de Phlegra Montes, une chaîne de montagnes, et du plateau Deuteronilus Mensae. Ces quatre sites ont été repérés avec le concours des scientifiques de la Nasa, qui connaissent bien la géographie de Mars pour l’étudier à longueur de journées.

L’un des enjeux de ce repérage est de trouver la zone la plus facile d’accès, avec un terrain aussi plat que possible, dégagé et sans trop d’obstacles pour les éventuels rovers qui seront dépêchés sur place. Il faut aussi prendre en compte la température dans le cas où des astronautes feront le déplacement et s’installeront sur place ainsi que l’accès à des ressources bien précises, comme la glace.

fleur-givre-glace
CC Annick Monnier

Ces critères risquent parfois de s’avérer contradictoires : en effet, les températures sont plus clémentes à proximité de l’équateur. L’endroit serait donc idéal pour une mission habitée mais qui dit température plus clémente dit moins de chance de trouver de la glace. C’est donc davantage vers le nord qu’il faudrait se rendre mais avec le risque de rendre la colonisation humaine plus délicate à accomplir.

C’est donc une voie médiane que SpaceX cherche à trouver, afin de satisfaire autant que possible des objectifs qui s’opposent. Cela étant, avant d’envoyer un équipage sur Mars, l’entreprise américaine a encore le temps d’affiner ses plans. Aucune mission n’est pour l’instant planifiée avant 2020 ; il faudra d’ici là réduire autant que possible les risques qui existent et vérifier le bon fonctionnement de la technologie qui sera utilisée.

Ce n’est donc pas demain la veille que l’installation d’une future base martienne aura lieu. Mais chaque jour qui passe nous rapproche de cette échéance.

Partager sur les réseaux sociaux