L'espoir de jouer à un Final Fantasy XV solide techniquement un jour n'est pas perdu. Mais il faudra pour ce faire jouer sur PC.

Le 29 novembre dernier, après des années et des années d’attente et de faux espoirs, Final Fantasy XV est enfin sorti sur PlayStation 4 et Xbox One. Le carton fut immédiat et il reste alimenté par du contenu planifié dans les semaines et mois à venir. Par exemple, une mise à jour apportant notamment des améliorations sur PS4 Pro — du 1080p à 60 fps — sera déployée le 21 février prochain.

Pour le moment, seuls les joueurs console en profiteront mais les amateurs de PC peuvent se rassurer : tôt ou tard, une version devrait voir le jour sur leur plateforme. Et elle pourrait bien comporter quelques grosses exclusivités.

Square Enix multiplie les promesses

De toute évidence, Final Fantasy XV sera porté sur PC. Les raisons de son absence actuelle tiennent vraisemblablement au long et chaotique développement, qui l’aurait été d’autant plus avec une troisième machine dans la balance. En tout cas, Hajime Tabata, l’homme à qui nous devons le RPG, promet de belles choses dans une interview accordée au magazine Famitsu (via Gematsu).

Il confie ainsi : « J’aimerais voir le jeu sortir sur PC en tant que challenge technique. Je veux montrer Final Fantasy XV sur des grosses machines aux utilisateurs PC et nous aimerions le voir également. En outre, j’aimerais essayer de développer sur PC pour proposer une manière unique de jouer avec des exclusivités PC comme la possibilité de créer ses propres quêtes ou de faire appel aux moddings.  »

Hajime Tabata a des ambitions sans doute un peu trop élevées au regard de la difficile entreprise que représenterait un Final Fantasy XV optimisé à bloc et transcendé par de telles fonctionnalités typées PC (la possibilité de faire ses quêtes, on croit peu à la possibilité de faire ses propres quêtes). À l’arrivée, il faudra s’armer de beaucoup de patience avant de voir débarquer le RPG sur notre compte Steam. Quant aux autres souhaits du créateur japonais, on attendra d’en voir la couleur plutôt que d’espérer en vain.

Partager sur les réseaux sociaux