Mark Zuckerberg change de stratégie pour financer ses projets philanthropiques ; l'idée de créer une nouvelle classe d'actions sans droits de vote est abandonnée. Le richissime Américain va simplement vendre ses actions sans perdre le contrôle de Facebook, du fait des bonnes performances du site en bourse.

Si Mark Zuckerberg considère de plus en plus qu’il doit agir en philanthrope (avant d’embrasser une carrière politique au plus haut sommet de l’État ?), l’Américain de 33 ans n’a de tout évidence aucunement l’intention de lâcher les rênes du site qu’il a fondé en 2004. En effet, le patron de Facebook a fini par annoncer cette semaine sa décision de ne pas modifier la structure du capital du réseau social.

Son idée était la suivante : il s’agissait de créer une nouvelle catégorie d’actions, dites de « type C », qui aurait produit des dividendes mais sans aucun droit de vote attaché. Le richissime CEO aurait pu ainsi vendre des millions de titres pour plusieurs milliards de dollars tout en conservant la maîtrise du devenir de Facebook, grâce à ses droits de vote qui seraient restés intacts.

Mark et Priscilla.

Cette piste n’est aujourd’hui plus d’actualité.

« Cette dernière année et demie, les affaires de Facebook se sont bien portées et la valeur de nos actions a augmenté au point que je peux financer entièrement mon projet philanthropique et conserver le contrôle du vote de Facebook pendant 20 ans ou plus. Par conséquent, j’ai demandé à notre conseil d’administration de retirer la proposition de reclassification de nos actions — et il a accepté », annonce-t-il.

Il n’y aura donc pas d’émission d’actions dépourvues de droit de vote, du moins pas à court terme, ni de restructuration du capital du géant du web, dont la valorisation en bourse est d’environ 500 milliards de dollars.

Mark et Priscilla prévoient toujours de se séparer de 99 % de leurs actions au cours de leur vie

« Je tiens à être clair : cela ne change pas nos plans, Priscilla [son épouse] et moi, de donner 99 % de nos actions Facebook au cours de notre vie », a prévenu Mark Zuckerberg. Au mois de décembre 2015, en annonçant la naissance de son premier enfant, le couple avait expliqué vouloir verser le produit de la vente de ses actions à une fondation ad hoc, la Chan Zuckerberg Initative, pour financer divers projets.

« En fait, nous avons maintenant l’intention d’accélérer nos projets et de vendre davantage de ces actions plus tôt. Je prévois de vendre 35 à 75 millions d’actions Facebook au cours des 18 prochains mois pour financer notre travail dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la défense des droits », a-t-il prévenu. Au cours actuel, cela représente entre 6 et 13 milliards de dollars.

À l’été 2016, Mark Zuckerberg a déjà procédé à la vente d’un premier lot d’actions pour une valeur de 95 millions de dollars — un début modeste, au regard de son objectif de virer à terme 45 milliards de dollars et d’assurer un investissement d’un milliard de dollars par an. Et pour son premier investissement, la Chan Zuckerberg Initiative s’est intéressée à une startup qui se bat en faveur de l’égalité des chances en Afrique.

À lire sur Numerama : Non, Zuckerberg ne crée pas une fondation  : il investit dans une entreprise

Partager sur les réseaux sociaux