Facebook annonce le quasi-triplement de ses bénéfices au deuxième trimestre 2016. Le réseau social bénéficie de revenus en hausse grâce à l'afflux toujours plus important d'annonceurs.

Chez Facebook, l’argent coule à flot. Après un premier trimestre au cours duquel le réseau social a tout simplement triplé ses bénéfices par rapport à l’an dernier, le site communautaire vient de signer une nouvelle performance au cours des trois mois suivants. C’est ce que montrent ses résultats pour le deuxième trimestre 2016, que le groupe vient de publier cette semaine.

Concernant les bénéfices, Facebook franchit la barre symbolique des 2 milliards de dollars. Le plus spectaculaire, c’est qu’il n’aura fallu que six mois à la société fondée par Mark Zuckerberg pour passer d’un palier à l’autre. C’est en effet l’an dernier que le site passait avec succès le cap du milliard de dollars. C’est aussi le quasi-triplement de ses bénéfices entre 2015 et 2016 (+186 %).

facebook-foot-680x453

Facebook a en effet gagné 2,055 milliards de dollars lors des 3 derniers mois, contre 719 millions de dollars lors de la même période un avant. De façon générale, le chiffre d’affaires du site communautaire est aussi en progression. Il passe d’un peu plus de 4 milliards de dollars à 6,4 milliards de dollars entre le deuxième trimestre 2015 et le deuxième trimestre 2016, soit une hausse de 59 %.

La publicité reste encore et toujours essentielle pour le réseau social : les revenus dégagés ce trimestre ont progressé de 63 % entre l’an dernier et aujourd’hui, signe incontestable que les annonceurs continuent de se précipiter sur le site certaines de ses filiales, comme Instagram. D’ailleurs, la publicité sur mobile constitue un secteur capital pour la firme : 84 % des gains viennent de ce canal, contre 76 % l’an passé.

La publication de ces résultats plus que satisfaisants a évidemment été saluée en bourse, où le cours de l’action du site communautaire a bondi après la clôture, passant d’une valeur par action oscillant entre 121 et 123 dollars à plus de 130 dollars. Après une légère érosion, celui-ci se maintient pour le moment à 128 dollars. Du côté de la capitalisation, Facebook pèse aujourd’hui plus de 351 milliards de dollars.

Une fréquentation toujours en hausse

Les résultats de Facebook sont évidemment soutenus par le succès permanent que le site américain rencontre auprès des internautes. Qu’il s’agisse des statistiques quotidiennes ou mensuelles, sur mobile ou au global, le réseau social est de plus en plus visité. Toutes les données de fréquentation fournies par l’entreprise sont en hausse, et vont de 15 à 22 % selon les cas de figure.

Outre un virage réussi dans le mobile, en témoigne l’importance que prend la publicité par ce biais là, le réseau social a surtout réussi à imposer ses principaux outils chez un nombre croissant d’utilisateurs : Facebook compte plus de 1,71 milliard de membres se connectant au moins une fois par mois, Instagram est au-delà des 500 millions, Messenger est présent chez plus d’un milliard d’usagers et idem pour WhatsApp.

Messenger
CC Kārlis Dambrāns

Il faudra observer avec attention la façon dont Facebook envisage de monétiser WhatsApp et Messenger, car les deux applications, malgré leur audience exceptionnelle, ne sont pas encore soumises à la diffusion de publicités, à la différence de Facebook et Instagram. Le site dispose donc de deux leviers puissants, mais qu’il faudra activer avec parcimonie car il s’agit-là de deux messageries privées.

Le bilan de santé publié par Facebook pour ce trimestre contraste évidemment avec celui rendu par d’autres sociétés qui, sans être catastrophiques, ont annoncé des résultats plus mitigés, à l’image de Twitter, Apple ou encore Nintendo.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés