Apple a annoncé ses résultats trimestriels pour la fin 2016. L'entreprise a connu un net rebond grâce à l'iPhone, qui continue de se vendre comme des petits pains malgré un prix tend à augmenter au fil des ans.

Le creux de la vague semble passé pour Apple. Après trois trimestres consécutifs de baisse de son chiffre d’affaires, la firme de Cupertino a connu un rebond au cours des 3 derniers mois de 2016 grâce au succès commercial de son produit-phare, l’iPhone, dont la dernière itération (iPhone 7 et iPhone 7 Plus) est sortie en septembre dernier.

Ainsi, Apple a vendu plus de 78,29 millions d’exemplaires entre octobre et décembre, soit 3,5 millions de plus que sur la période correspondante un an auparavant (74,78 millions). Comme toujours, le smartphone de l’entreprise californienne joue toujours le rôle de locomotive : il représente aujourd’hui près de 70 % de son chiffre d’affaires, ne laissant que des miettes aux autres sources de revenus du groupe.

« Nous sommes ravis de signaler que nos [derniers] résultats trimestriels ont généré le chiffre d’affaires trimestriel le plus élevé jamais atteint par Apple et ont battu plusieurs records en cours de route. Nous avons vendu plus d’iPhone que jamais et avons établi des records de revenus pour l’iPhone, les services, les ordinateurs Mac et Apple Watch », a déclaré Tim Cook, le patron d’Apple.

Ce succès est d’autant plus spectaculaire que l’iPhone est, année après année, un mobile qui reste très cher à acheter, et surtout de plus en plus cher modèle après modèle. Les premiers modèles coûtent en effet plusieurs centaines d’euros tandis que les modèles les plus aboutis (ceux ayant toutes les options, le plus grand écran, le plus grand espace de stockage) flirtent sans difficulté avec les mille euros.

Reste que derrière ces très bons scores pour Apple, la menace guette : la société dépend toujours très fortement de l’iPhone. Or, le marché est aujourd’hui arrivé à maturité : cela s’est ressenti au cours des trois précédents trimestres, avec un chiffre d’affaires en recul. Après avoir concentré pendant dix ans ses efforts sur l’iPhone, le groupe dirigé par Tim Cook doit plus que jamais réduire sa dépendance.

Nous avons vendu plus d’iPhone que jamais

L’iPhone n’est pas le seul secteur qui a connu un bon dernier trimestre 2016. Les services de l’entreprise américaine (App Store, AppleCare, Apple Pay, iCloud…) ont connu une hausse de plus de 18,4 %, passant de 6,05 milliards à 7,17 milliards de dollars. Des jeux comme Super Mario Run, sortis à ce moment-là, ne sont évidemment pas étrangers à cette réussite.

Du côté des ordinateurs Mac et des autres produits du groupe (Apple TV, Apple Watch, Beats, iPod), tous les voyants sont également au vert avec une hausse des revenus entre le dernier trimestre 2015 et celui de 2016. Par contre, Apple ne détaille pas les performances commerciales de chaque produit, ce qui empêche de savoir si l’un d’entre eux est en mauvaise posture.

Dans ce tableau flatteur pour Apple, il n’y a finalement que l’iPad qui détonne. La tablette de l’entreprise américaine s’est nettement moins vendue d’une année à l’autre, avec un recul d’environ 3 millions d’exemplaires écoulés entre les deux trimestres. Le résultat s’en ressent sur le plan économique : Les gains ont décliné significativement, passant de 7 milliards à 5,5 milliards de dollars.

Partager sur les réseaux sociaux