En annonçant toutes ses aires de repos équipées de bornes de recharge rapides d’ici à fin 2022, le réseau SANEF du nord de la France envoie un bon signal pour l’électromobilité. Et il n’est pas le seul à œuvrer dans ce sens.

Tous les concessionnaires d’autoroutes se sont engagés à couvrir le réseau autoroutier de bornes de recharge d’ici fin 2022. Les délais, les moyens et les types de bornes mises en place pour répondre à ce plan de développement de la recharge électrique varient sensiblement selon les autoroutes. Cela reste une avancée notable pour lever un des freins à l’acquisition d’un véhicule électrique, celui de ne pas pouvoir partir en vacances avec son véhicule sans craindre la panne. Un argument qui va donc bientôt être amené à disparaître.

Vinci, APRR, SANEF : les communications se multiplient pour annoncer de nouvelles installations ou des projets à venir. Tout cela vise à faire oublier le flop d’Izivia qui a abandonné son réseau de bornes sur les autoroutes en 2019.

SANEF : 500 points de charge d’ici fin 2022

Ce 30 mars 2022, le concessionnaire d’autoroutes SANEF a communiqué sur une couverture de l’ensemble de ses aires d’autoroute d’ici à la fin de l’année. Ce sont plus de 500 points de charge rapide planifiés sur 72 aires d’autoroute. Les travaux de raccordement Enedis ont déjà débuté.

Pour assurer le développement de ces bornes, le concessionnaire d’autoroutes va s’appuyer sur 3 acteurs différents : Fastned, Engie et TotalEnergies. Ce maillage doit permettre d’éviter toute situation de monopole d’un opérateur, ainsi que les problèmes rencontrés avec la défection d’un fournisseur (type Izivia en 2019) qui paralyse alors le réseau.

Les 20 % d’aires de services déjà équipées de recharge rapide (généralement des stations Ionity) n’ont pas été comptabilisés pour cet appel d’offres, puisqu’elles sont déjà opérationnelles.

Les aires disposant de bornes classiques (environ 60 % des bornes déjà présentes sur le réseau d’autoroutes) seront complétées avec des bornes rapides débitant des puissances supérieures à 150 kW. Il n’y a plus qu’à espérer que tous ces points de charge offriront une bonne fiabilité et on sera vraiment sur la bonne voie.

fastned_a5-2
Station Fastned sur autoroute. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Fastned a déjà communiqué la liste de ses futures stations

Fastned a de son côté immédiatement officialisé les 18 prochaines stations à venir sur le réseau SANEF :

  • Sur l’A1 : Vémars Ouest, Vémars Est, Saint Léger et Wancourt Est ;
  • Sur l’A4 : Changis sur Marne, Ussy sur Marne, Valmy Le Moulin, Valmy Orbeval et Keskastel Ouest ;
  • Sur l’A13 : Rosny sur Seine Sud et Bosgouet Sud ;
  • Sur l’A26 : Saint-Hilaire Cottes ;
  • Sur l’A29 : Villers Bretonneux, Quetteville Est et Quetteville Ouest ;
  • Sur l’A31 : L’Obrion, Loisy et La Maxe.

Elles seront équipées de 4 à 18 points de recharge pouvant délivrer jusqu’à 300 kW de puissance. Cela portera le réseau Fastned à 31 stations en France.

Ionity apparemment absent de cet appel d’offres

Les autres aires de repos s’appuieront donc sur des solutions déployées par Engie et TotalEnergies, mais pas de Ionity à l’horizon. Le cas des superchargeurs de Tesla est un peu différent, puisqu’il n’est (pour le moment) pas ouvert à l’ensemble des véhicules électriques, il n’aurait pas pu répondre au cahier des charges établi.

volkswagen_id4_essai4
Station Ionity & Tesla Baie de Somme. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Avec cet engagement, SANEF veut éliminer les zones blanches pour la recharge des véhicules, et permettre à tous les véhicules électriques de se charger en payant à l’acte et par carte bancaire. Cela explique certainement pourquoi Ionity ne fait pas partie des candidats retenus par l’appel d’offres (il n’est pas possible de payer directement en carte bancaire avec Ionity, il faut nécessairement passer par son app mobile).

Ce qui n’empêchera probablement pas le consortium Ionity d’installer des stations de recharge sur d’autres emplacements. Ionity est déjà présent sur plusieurs aires de services des autoroutes du réseau SANEF.

100 % des aires de repos Vinci d’ici à 2023

SANEF n’est pas le seul concessionnaire d’autoroutes à faire bouger les choses. En février dernier, Vinci a annoncé que l’ensemble de ses aires d’autoroutes seront équipées de bornes de recharge d’ici à 2023. Fin février, le réseau était déjà doté de 348 points de recharge installés sur 99 aires de services.

Les autres concessionnaires font également évoluer leur maillage pour une couverture complète d’ici l’année prochaine. APRR a été le premier à déployer des stations Fastned en novembre dernier. APRR multiplie les installations de points de charge sur ses réseaux « avec en moyenne l’ouverture d’un nouvel équipement tous les 15 jours » selon un communiqué du mois de décembre, qui annonçait une couverture à 65 % de ses aires.

Une fois que toutes les aires de services seront équipées, il faudra quand même que le nombre de bornes évolue en corrélation avec le nombre de véhicules électriques, en constante progression. L’objectif sera d’éviter les files d’attente interminables lors des départs en vacances : c’est un autre challenge à venir pour tous les opérateurs concernés.