Dans la guerre de communication qui l’oppose au Président Biden, Elon Musk a décidé de ne rien laisser passer. Une nouvelle fois, le PDG de Tesla corrige une affirmation du président américain, qui omet sciemment de mentionner sa marque en abordant le sujet de l’industrie automobile électrique.

Elon Musk s’oppose de plus en plus ouvertement à l’actuel président des Etats-Unis d’Amérique. La joute verbale n’est pas récente, mais elle s’est amplifiée ces dernières semaines alors que Joe Biden exclut sciemment Tesla de ses annonces. Dès qu’il est question d’industrie automobile et de développement de voitures électriques, le président ne mentionne que les efforts de Ford et GM. Un comportement qui agace le PDG de Tesla, qui n’hésite plus à interpeller les médias et à répondre publiquement sur Twitter au président Biden.  

Dans son premier discours sur l’Etat de l’Union (« State of the Union »), le président Biden a bien sûr abordé le conflit en Ukraine, mais d’autres annonces étaient aussi à l’ordre du jour. Le président a notamment encouragé les investissements lancés par Ford et GM pour l’électrification de leurs gammes. Il tenait à les féliciter de dynamiser la filière automobile de demain avec la construction d’usines sur le territoire américain, et ainsi de favoriser l’emploi.

Une bataille chiffrée

Joe Biden a bien insisté sur l’impact positif des transformations de GM et Ford, en citant plusieurs données chiffrées lors de son discours. Des chiffres que l’on retrouve également dans un tweet publié par ses équipes de communication :

« Ford investit 11 milliards de dollars dans la construction de véhicules électriques, créant ainsi 11 000 emplois dans tout le pays.
GM fait le plus gros investissement de son histoire – 7 milliards de dollars pour construire des véhicules électriques, créant ainsi 4 000 emplois dans le Michigan
. »

Il n’en fallait pas plus pour qu’Elon Musk réagisse sur Twitter et auprès des médias comme CNBC pour compléter les annonces du président Biden : « Tesla a créé plus de 50 000 emplois aux États-Unis dans la construction de véhicules électriques et investit plus du double de GM et Ford réunis. »

Si des différents politiques existent entre les deux hommes, il est quand même surprenant d’observer la situation s’envenimer de semaine en semaine. Si historiquement GM ou Ford dominent le marché automobile américain, Tesla domine par contre le marché du véhicule électrique avec plus de 302 000 ventes réalisées en 2021 aux USA. GM n’a par exemple produit qu’une vingtaine de véhicules électriques au dernier trimestre 2021.

tesla_megafactory_nevada
Freemont Tesla megafactory // Source : Tesla

Tesla a créé plus de 50 000 emplois aux États-Unis (plus de 110 000 à l’échelle mondiale), dispose de deux Megafactories à Freemont et Austin pour produire des véhicules « Made in USA ». En 2021, Tesla dépasse désormais les 2 % de part de marché de la filière automobile américaine. C’est aussi plus d’un million de véhicules Tesla qui ont été commercialisés sur le sol américain depuis son lancement.

Une situation sous tension

Le protectionnisme exacerbé de Joe Biden envers certaines entreprises n’agace pas uniquement Elon Musk pour Tesla. De nombreux constructeurs ont également réagi lorsque le président a annoncé un « super bonus » pour l’acquisition d’un véhicule électrique. L’initiative aurait pu être applaudie par tous, sauf que l’obtention de la prime maximale est conditionnée à des critères assez surprenants.

Ce super bonus, pour l’acquisition d’un véhicule électrique, n’est réservé qu’aux marques et modèles provenant d’usines américaines disposant de travailleurs syndiqués. Le hasard fait bien les choses puisque GM ou Ford rentrent justement dans ce cadre quelque peu spécifique.

ford_lighting
Ford F-150 Lightning // Source : Ford

Par contre, des marques comme Tesla disposent bien d’usines américaines, mais ses travailleurs n’étant pas syndiqués, les acheteurs de Tesla ne peuvent bénéficier que d’un bonus partiel. Les marques étrangères, disposant d’usines en Amérique du Nord, sont généralement exclues du dispositif pour les mêmes raisons.

Ce ne sont pas ces querelles de bonus qui vont arrêter Tesla, par contre, cela n’aide pas à apaiser le dialogue entre les deux personnalités.

Trop incontrôlable pour une rencontre avec le président ?

Alors que le président américain s’est déplacé dans les usines de Ford et GM, et a reçu plusieurs fois les représentants des deux marques, Elon Musk est encore une fois écarté, ou plutôt sciemment ignoré.

biden_ford_america
Joe Biden en visite chez Ford USA

Une situation ubuesque qui ne semble pas prête de s’arrêter, si l’on en croit les indiscrétions de l’entourage du président parus dans les médias US. Nous ne sommes donc pas à l’abri d’assister à de nouveaux clashs entre les deux hommes, étalés en place publique sur les médias et les réseaux sociaux.