Le constructeur chinois NIO va ouvrir sa première station de « batterie swap » en Europe. Basé en Norvège, ce dispositif permettra d'échanger la batterie vide de sa voiture électrique par une pleine, en quelques minutes et de manière totalement automatisée.

Et si vous pouviez changer la batterie de votre voiture électrique en quelques minutes, au lieu de patienter à une borne de recharge ? C’est la voie que NIO explore. Le 12 novembre, le directeur de la communication, Florian Otto a révélé sur Twitter que le constructeur chinois allait ouvrir, dans quelques semaines, sa première station européenne de batteries échangeables (« battery swap ») en Norvège. Il faut dire que c’est là que se trouve le plus gros marché des véhicules électriques du continent européen.

En quoi consiste le battery swap ?

L’idée est d’échanger tout le pack batterie d’une voiture électrique par un autre, via une manipulation complètement automatisée. On peut alors choisir une capacité différente pour correspondre à son besoin du moment, ou juste changer de batterie pour se retirer la contrainte de la charge.

Sur le long terme, cela évite aux voitures de perdre de la valeur, à mesure que leurs batteries deviennent moins performantes. Dans ce système, le véhicule est commercialisé sans batterie. Celle-ci est proposée via une location à payer tous les mois, selon différentes formules.

On retrouve ce principe de batteries échangeables sur certaines marques de deux-roues électriques — nous vous en parlions notamment lors de notre essai du scooter Zeway.

Côté automobile, Renault avait déjà opté pour cette solution de location de batterie pour donner une apparence plus abordable à la Zoé. Avec la baisse du prix des batteries, cette location était toutefois devenue désuète et peu appréciée des clients. Il faut dire qu’à la différence des clients NIO, les clients Renault ne bénéficiaient pas d’un changement minute de batterie ou d’autres solutions d’évolution de leur pack.

Elon Musk a également envisagé un temps cette solution pour ses modèles Tesla. Au lieu de suivre cette piste, il a cependant préféré miser sur le développement de son réseau de superchargeurs et sur la réduction du temps de recharge des modèles Tesla.

Pack batterie Nio // Source : Nio

Quel type d’échange de batteries propose NIO ?

Il est encore un peu tôt pour dire si le modèle économique développé par Nio portera ses fruits sur le long terme. Des investissements importants ont été prévus afin de lancer, à la fois, de nouveaux modèles de véhicules électriques et des stations de swap. En Chine, la marque est parvenue à livrer 145 703 véhicules en trois ans. Fin octobre 2021, elle recensait 504 stations Nio Power et plus de 4 millions de « swap » de batteries.

La station NIO Power qui sera inaugurée dans quelques semaines en Norvège est de dernière génération. Elle permettra de réaliser jusqu’à 312 swap de batteries en 24 heures. La procédure prendra moins de 5 minutes par véhicule, et l’unité de stockage conservera jusqu’à 13 batteries par station.La marque a d’ores et déjà prévu d’installer 20 station d’échanges de batteries en Norvège d’ici fin 2022.

Nio ET7 // Source : Nio

Pratique, oui, écologique, c’est moins sûr

On parlait du modèle économique encore incertain du procédé, mais on peut également se demander si le concept est écologique.

La batterie est en effet le point de crispation lorsqu’on aborde le sujet du véhicule électrique. Si une marque doit fabriquer plus de batteries que de véhicules pour pouvoir proposer ce service de changement minute, est-ce un choix raisonnable pour l’utilisateur qui veut réduire son empreinte carbone ?

Ce type de service offre toutefois la possibilité de changer de batterie lorsque nos usages évoluent, et de suivre les évolutions technologiques sans avoir à mettre la voiture entière au rebus. Il faudra voir si les propriétaires de modèles Nio ou d’autres véhicules utilisant des batteries échangeables conservent plus longtemps leur voiture grâce à cette solution. On manque encore aujourd’hui de recul sur la question.

D’ici fin 2022, Nio devrait s’implanter en Allemagne avec sa nouvelle berline ET7. Pour les autres pays européens, comme la France, il faudra probablement attendre encore quelques années.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo