Ferrari a annoncé un partenariat pluriannuel avec LoveFrom, la société créée par Jony Ive, ex-génie du design chez Apple. C'est une aubaine pour le constructeur italien, avec la garantie d'une approche plus moderne.

Jony Ive n’est plus chez Apple. Mais il s’est trouvé une nouvelle maison de prestige. Le maître du design, à qui on doit des produits populaires comme l’iPod, l’iPhone ou l’Apple Watch, s’associe à Ferrari dans le cadre d’un accord pluriannuel avec sa société LoveFrom. Le constructeur italien a partagé l’information dans un communiqué publié le 27 septembre 2021.

« Grâce à sa collaboration avec Ferrari, LoveFrom va explorer divers projets créatifs dans le domaine du luxe », peut-on lire. Beaucoup imaginent déjà Jony Ive participer à la création de la future voiture Ferrari 100 % électrique, laquelle ne sera pas présentée avant 2025. Et, bien sûr, toute l’expertise de Jony Ive pourra servir pour d’autres produits, qui ne seront probablement pas à la portée de tout le monde. On rappelle par exemple qu’il a conçu un diamant en forme de bague.

Ferrari SF90 Stradale // Source : Ferrari

Ferrari a-t-il frappé à la bonne porte en se tournant vers Jony Ive ?

Jony Ive, qui était devenu Chief Design Officer chez Apple avant de quitter la firme de Cupertino en 2019, a une approche résolument moderne, à la fois minimaliste, élégante et tech, du design. Ses créations et son talent lui ont valu le titre de « Sir », attribué par la reine d’Angleterre. Bref, Ferrari a frappé à la porte d’un chevalier commandeur pour contribuer à son futur portfolio. À noter que Jony Ive apportera aussi sa contribution à la holding Exor, actionnaire principal de Ferrari qui a aussi des parts chez Stellantis ou encore Louboutin.

On espère simplement que Jony Ive ne sera pas cantonné à l’élaboration de simples produits dérivés. L’intéressé a effectivement tant à apporter à une industrie un peu trop restée dans sa zone de confort ces dernières années et qui peine encore à prendre le virage du 100 % électrique (il suffit de voir l’avance de Tesla) et du numérique (les interfaces actuelles sont loin d’offrir une ergonomie convaincante). Avec son expertise et ses presque 30 ans passés chez Apple, Jony Ive peut correctement orienter Ferrari dans cette volonté de répondre à des standards plus actuels.

Il suffit de voir l’attentisme de Ferrari sur la mobilité 100 % électrique pour constater à quel point le constructeur italien a besoin d’esprits neufs et éclairés pour le guider vers de nouveaux horizons. Au regard de l’échéance prévue (2025, au plus tôt), Ferrari n’aura pas le droit à l’erreur avec son premier bolide 100 % électrique, très en retard sur une concurrence déjà bien armée (Porsche, Rimac). Il devra être sans concession sur tous les critères importants : des performances au design, en passant par l’expérience utilisateur. C’est là où Jony Ive, à l’origine d’immenses succès dans le monde de la tech, aura une carte à jouer.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo