L'artiste et designer audio Yuri Suzuki a créé des sons de voiture électrique fabuleux. Un travail à la fois bien plus important et bien plus complexe qu'à première vue.

Si les constructeurs font appel à des stars comme Hans Zimmer pour composer le son de leurs voitures électriques, ce n’est pas un hasard. On ne le réalise pas, mais créer un son réussi pour ce type de véhicule est extrêmement complexe.

Dans Dezeen, l’artiste et designer audio Yuri Suzuki a dévoilé, le 14 mai 2021, la manière dont il a créé de fabuleux sons de voiture électrique dans le cadre d’un projet de recherche. Le premier s’inspire du son d’un moteur thermique, tandis que le deuxième prend plus de liberté, et s’en éloigne davantage en misant sur une fréquence plus élevée et un son plus clair.

Évaluer la vitesse du véhicule avec le son

Il est crucial que le son du véhicule aide la conductrice ou le conducteur à évaluer la vitesse à laquelle il roule. Un bruit trop faible ou trop mou peut vite donner la sensation que la voiture avance plus lentement qu’en réalité. Or, mets en garde, Yuri Suzuki dans Dezeen : « Être en mesure d’évaluer la vitesse du véhicule grâce à la fréquence du son qu’il émet est important en termes de sécurité, aussi bien pour le conducteur que pour les autres usagers ». Sans cela, les conducteurs et conductrices risquent de dépasser les limites autorisées, sans même s’en rendre compte. Et les piétons de ne pas apprécier correctement le danger que représente un véhicule en approche.

Le designer audio explique également avoir travaillé les sons afin que des personnes malentendantes puissent malgré tout les discerner. Chaque son intègre diverses fréquences, afin de rester audible par les personnes qui n’en entendraient pas certaines. Un filtre à fréquence a été utilisé, à chaque stade de la production, pour s’assurer de ce point.

Réduire la pollution sonore des voitures

S’il est vital que le véhicule soit audible, il reste malgré tout important de limiter la pollution sonore qu’il produit. Dezeen explique ainsi que le designer Yuri Suzuki a opté pour des transitions sonores « organiques » afin qu’elles soient plaisantes à l’oreille.

Dans le domaine des véhicules électriques, le dernier enjeu — et non des moindres — est de créer un son qui séduira les acheteuses et acheteurs potentiels. Le véhicule le plus performant, le plus endurant, le plus esthétique sera snobé s’il produit un bruit ridicule ou déplaisant. À l’inverse, un paysage sonore agréable peut être un argument de vente très fort.

Le son d’une voiture électrique doit aider à évaluer correctement la vitesse du véhicule. // Source : Tayeb MEZAHDIA / Pixabay

En plus des deux sons de moteurs, Yuri Suzuki a par exemple élaboré toute une série de bruits (démarrage, activation des clignotant, klaxon, etc.) qui s’adaptent à l’heure, à l’endroit et aux habitudes de la personne qui conduit (grâce aux données de son calendrier). La voiture privilégiera par exemple des sons légers et joyeux le matin, et des sons plus bas et plus doux le soir. Tous ne sont pas réussis — même si tout est affaire de goût. L’idée générale est toutefois très intéressante. En proposant une expérience digne de certains jeux vidéo, les constructeurs automobiles pourraient à coup sûr convaincre certains acheteurs hésitants.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo