Tesla a admis un problème touchant certains exemplaires de la Model 3, qui pouvaient perdre leur pare-choc arrière en cas de forte pluie.

Il y a deux ans, deux propriétaires d’une Model 3 partageaient une étrange déconvenue : sous l’effet d’une pluie très forte, leur voiture ont perdu leur pare-choc arrière. Après ces découvertes diffusées sur internet, photos à l’appui, Tesla avait indiqué : « Nous enquêtons sur le souci pour en comprendre les causes.  » Depuis, nous n’avons jamais eu le fin mot de l’histoire, jusqu’à ce qu’Electrek récupère une note de service et la partage dans un article publié le 19 octobre.

Dans le document signé par le constructeur, on peut lire que Tesla admet un problème sur certaines références de la Model 3. La firme ne pouvait pas faire autrement que d’assumer ce souci remontant aux premiers mois de commercialisation de la berline abordable, soit une époque où la production était très rapides et où des défauts de jeunesse pouvaient apparaître.

Tesla Model 3 sans pare-choc arrière // Source : Twitter

Tesla admet un vieux problème avec le pare-choc arrière de la Model 3

« Dans de rares cas, certains composants de Model 3 assemblées à l’usine Fremont avant le 21 mai 2019 peuvent être endommagés lors d’une conduite dans de l’eau stagnante sur une route ou sur une autoroute mal drainée. Dans ces rares cas, le pare-choc arrière peut se détacher du véhicule et les harnais et/ou les fixations et/ou les supports de carrosserie peuvent également être endommagés. Ce document précise que les dommages causés lors de ces cas sont couverts par la garantie », révèle Tesla. Bien évidemment, les victimes de ce phénomène n’ont qu’à se rapprocher du constructeur pour obtenir une réparation gratuite.

Dans une vidéo publié le 25 février 2019, Eric Bolduc, patron d’une entreprise spécialisée dans le nettoyage de voitures électriques, pointait du doigt un souci qui pouvait expliquer la chute du pare-choc arrière : l’accumulation de poussières, de terre et de sable. Toutes ces particules peuvent exercer une pression sur le pare-choc, qui finit par céder sous le poids (surtout avec des trombes d’eau qui s’ajoutent par-dessus). Au moment de la publication de la vidéo, l’intéressé expliquait qu’il avait trouvé, en moyenne, entre 4 et 9 kilogrammes de débris dans les Model 3 qu’il avait traitées.

Tout porte à croire que ce problème est désormais de l’histoire ancienne pour Tesla, qui améliore petit à petit ses lignes de production.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo