Ford a conçu une déclinaison extrême de son SUV 100 % électrique. Capable de drifter ou d'aller très vite sur une piste, le prototype Mustang Mach-E 1400 s'appuie sur... sept moteurs.

En parallèle de ses véhicules grand public, Ford adore travailler sur des programmes uniques axés sur la performance. En avril dernier, le constructeur américain dévoilait par exemple la Cobra Jet 1400, un bolide d’une puissance équivalente à 1 400 chevaux. La multinationale enchaîne ce mardi 21 juillet avec le prototype Mustang Mach-E 1400, dérivé ambitieux de son premier SUV électrique électrique et destiné à des activités extrêmes.

La principale distinction du Mach-E 1400 est à aller chercher du côté du groupe propulseur, articulé autour de… sept moteurs. Il apparaît difficile de ne pas y voir un terrain d’expérimentations. «  Le défi consistait à contrôler la puissance extrême fournie par les sept moteurs », déclare d’ailleurs Mark Rushbrook, directeur du sport automobile chez Ford Performance. La voiture a été conçue en partenariat avec RTR, préparateur spécialisé dans les Ford.

À quoi peuvent bien servir sept moteurs ?

Sept moteurs, c’est plus que le nombre de roues. Il est donc intéressant de se demander pourquoi Ford, Ford Performance et RTR sont montés aussi haut. La réponse est simple : assurer au Mach-E 1400 une flexibilité maximale au niveau des configurations possibles, en fonction des besoins. Le SUV 100 % électrique doit être à l’aise pour du drift et de la course classique, en passant par d’autres disciplines aux exigences propres. En termes d’architecture, trois moteurs sont fixés au différentiel avant et quatre à l’arrière, avec un seul arbre de transmission. Ils peuvent être configurés en modes traction, propulsion et transmission intégrale.

Ford Mustang Mach-E 1400 // Source : Ford

Avec un tel monstre à leur disposition, les ingénieurs Ford peuvent étudier encore plus finement la manière dont la puissance est répartie et en tirer des enseignements pour le développement des voitures destinées à être commercialisées. Il est surtout primordial d’étudier l’incidence sur l’efficience et le comportement de la batterie, refroidie ici par un liquide diélectrique (qui ne conduit pas, ou peu, l’électricité). Dans le cas du Mach-E 1400, Ford se garde bien de communiquer une autonomie étant donné que ce n’est pas l’objet de l’étude. Le SUV est quand même équipé d’un freinage régénératif pour remplir la batterie à la décélération.

Ford Mustang Mach-E 1400 // Source : Ford

Pour optimiser encore plus les prestations du Mach-E 1400, Ford a également retravaillé le design, plus aérodynamique. Par rapport au Mach-E de base, les emplacements des conduits de refroidissement, le séparateur avant et l’aile arrière ont été repensés. On note aussi la présence de plusieurs appendices favorisant l’écoulement de l’air, en témoigne ce très large aileron arrière.

Crédit photo de la une : Ford

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo