Ford utilise désormais deux robots pilotes pour tester ses voitures 100 % électriques dans des conditions extrêmes, pendant de très longues durées.

Le laboratoire météo de Ford, situé à Cologne, a récemment enregistré deux recrues — Shelby et Miles, peut-on lire dans un communiqué publié le 11 août. Leur particularité ? Ils n’ont pas besoin de dormir ou de manger, puisqu’ils sont des robots pilotes, un statut qui leur permet d’endurer des tests extrêmes pendant des heures sans rechigner à la tâche.

« Une fois le robot assis sur le siège conducteur, nous pouvons effectuer des tests toute la nuit sans jamais craindre que le conducteur ait faim ou l’envie d’aller aux toilettes », souligne Frank Seelig, en charge de essais en soufflerie chez Ford Europe. En somme, Shelby et Miles peuvent enregistrer un maximum de données sur un faible laps de temps, données qui sont ensuite utilisées par les ingénieurs pour améliorer les performances des voitures 100 % électriques (comme le Mustang Mach-E).

Des robots pour améliorer les performances des voitures électriques

Shelby et Miles, dont le nom fait référence à Carroll Shelby et Ken Miles, co-développeurs de la Ford GT40, peuvent opérer à des températures allant de -40°C à +80°C. Ils sont aussi capables d’évoluer à des altitudes extrêmes, et dans de conditions très venteuses. Ils sont équipés de jambes et de bras pour activer les différentes commandes nécessaires au pilotage (pédales, sélecteur de modes de conduite, bouton démarrage) et peuvent conduire de plusieurs façons. Il s’agit bien évidemment de tests fixes, réalisés dans une pièce qui simule des situations ultra réalistes.

Ces robots s’avèrent particulièrement utiles pour les conditions de haute altitude, lesquelles exigent un protocole de sécurité strict quand un humain est installé derrière le volant. En effet, Shelby et Miles n’ont pas besoin de bouteilles d’oxygène, d’équipements médicaux et d’un secouriste sur place pour pouvoir travailler. « Les pilotes d’essai humains les plus expérimentés peuvent ressentir de la fatigue ou d’autres symptômes  », indique Ford. Ce n’est pas le cas des deux robots.

Robot pilote de Ford // Source : Ford

Ces expérimentations sont très importantes pour les voitures 100 % électriques, qui ne sont pas toujours très à l’aise dans des conditions extrêmes. Les températures froides, notamment, ont un impact important sur l’autonomie : la batterie va utiliser de l’énergie pour se chauffer, réduisant le nombre de kilomètres qu’il est possible de parcourir. En cas de forte chaleur, la batterie pourra surchauffer et se protéger en réduisant son rendement — sans oublier l’utilisation d’équipements de confort très énergivores (exemple : la climatisation). Certes, Ford va très loin en termes de conditions (qui roule à -40°C ou à +80°C ?). Mais l’exercice est intéressant : c’est en poussant les voitures dans leurs retranchements qu’on aura un meilleur aperçu de leurs performances.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo