Elon Musk poursuit son combat contre le confinement, mis en place pour des raisons sanitaires. Il annonce la réouverture de son usine en Californie malgré la circulation toujours active du virus dans l'État.

Un million de malades, 80 000 morts et une courbe de la diffusion du virus qui ne montre aucun signe évident d’essoufflement. Voilà la situation dans laquelle se trouvent les États-Unis face à l’épidémie de coronavirus. Et c’est donc dans ce contexte qu’Elon Musk a pris la décision de s’opposer frontalement aux mesures de confinement de la population en donnant l’ordre de rouvrir l’usine de Tesla en Californie.

« Aujourd’hui, Tesla relance sa production de voitures en s’opposant aux règles du comté d’Alameda. Je serai sur la ligne de production avec tous les autres. Si quelqu’un est arrêté, je demande que ce soit seulement moi », écrit le milliardaire américain et fondateur du constructeur automobile dans un message publié sur Twitter le 11 mai. Dans son argumentaire, il estime que cette décision à l’échelle du comté est contradictoire avec celle de l’État et ne vient pas d’un élu, comme le serait le gouverneur de Californie.

Cette annonce constitue une nouvelle étape dans l’escalade dans la posture de plus en plus radicale prise par Elon Musk à l’encontre de certaines mesures de lutte contre la propagation du SARS-CoV-2. Quelques heures plus tard, l’intéressé menaçait de déménager l’usine dans un autre État américain si la suspension de ses chaînes d’assemblage était maintenue.

Elon Musk compte parmi les critiques les plus virulents du confinement, qui est mis en place pour lutter contre la diffusion du virus. // Source : Flickr/Daniel Oberhaus

200 voitures de construites

Aux États-Unis, la côte ouest où se trouve la Californie est peu touchée par la pandémie, en comparaison de l’autre rive. On ne dénombre, selon les statistiques, « que » 68 000 cas et 2 700 décès pour l’État le plus peuplé du pays. C’est moins que New York, le New Jersey, l’Illinois ou encore le Massachusetts. Cependant, vu le temps d’incubation du virus, ces nombres pourraient évoluer de manière défavorable.

Selon le journaliste Sean O’Kane, Tesla a en fait repris ses activités en Californie quelques jours avant l’annonce du milliardaire frondeur. Les employés mis en congé ont été rappelés et la fabrication a repris au cours du week-end du 9 et 10 mai. Deux salariés interrogés sous couvert d’anonymat affirment que près de 200 véhicules (des Model Y et 3) ont pu ainsi être construits.

Cette reprise constitue un dilemme pour les employés, car s’ils ne se présentent pas le matin chez Tesla, ils ne sont pas payés. Il leur faut donc choisir entre gagner de l’argent — dans un contexte économique de plus en plus dur, avec des chômeurs qui se comptent en dizaines de millions, et la crainte d’attraper un virus très virulent, qui peut donc ensuite être transmis aux proches, dans un pays où de l’accès aux soins et la couverture médicale font souvent débat.

L’attitude de défiance d’Elon Musk envers les autorités locales et les consignes sanitaires passe en tout cas mal auprès de certains salariés. « Il ne travaille jamais sur la ligne de production. Il fixe de façon gênante quelqu’un qui fait son travail jusqu’à ce qu’il soit très mal à l’aise, puis il s’en va », assure l’un. « Quand il dit qu’il va sur la ligne de production, il veut juste dire qu’il se promène de temps en temps pour s’assurer que tout le monde le voit », déclare un autre.

Un plan bientôt présenté aux autorités

Réagissant à la décision de Tesla, le comté d’Alameda a sorti un communiqué le 11 mai pour expliquer au constructeur automobile qu’en l’état actuel des choses, il n’a le droit que de maintenir que les activités minimales de l’entreprise. Cela étant, les autorités locales rappellent que cette situation n’est que provisoire et qu’il appartient à Tesla de proposer un plan de fonctionnement qui satisfait les exigences sanitaires.

« Depuis le 30 avril, nous avons continué à collaborer de bonne foi avec Tesla pour présenter un plan de réouverture de l’usine Fremont qui assure la sécurité de leurs milliers d’employés […] et qui s’aligne également sur les exigences locales et nationales », écrit le comté, qui ajoute que Tesla doit en principe lui communiquer très prochainement un plan spécifique pour ce site.

« Nous sommes impatients d’examiner le plan de Tesla et de parvenir à un accord sur un protocole et un calendrier pour une réouverture en toute sécurité. », écrit le comté. Et de souhaiter que tout cela se déroule en bonne intelligence, avec toutefois un avertissement à peine voilé. « Nous espérons que Tesla rentrera dans les clous sans qu’il ne soit besoin de prendre d’autres mesures restrictives ».

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo