Elon Musk s'est encore fait remarquer ce week-end, en menaçant de déménager l'usine de Tesla installée à Fremont en raison d'un gel de la production maintenu.

Elon Musk n’a toujours pas compris comment fonctionnait un confinement pour enrayer une épidémie. Alors qu’il espérait voir l’usine de Tesla située à Fremont rouvrir, le comté d’Alameda continue de maintenir des règles strictes pour éviter que la crise sanitaire liée au coronavirus ne s’aggrave. Ce n’est pas du tout au goût du milliardaire, qui a décidé de proférer des menaces sur Twitter, allant jusqu’à déclarer qu’il pourrait déménager l’usine qui assemble les voitures électriques de Tesla.

Elon Musk estime que les dernières mesures annoncées par le gouverneur Gavin Newsom, en charge de la Californie, devraient permettre à Tesla de relancer son activité — c’était prévu vendredi 8 mai. Sauf que les comtés ont toute l’autonomie de décréter si, oui ou non, la situation permet de déconfiner en toute sécurité. C’est pourquoi Tesla a décidé d’attaquer celui d’Alameda en justice.

Elon Musk part en guerre contre le comté de d’Alameda

« Franchement, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Tesla va déplacer son siège social et ses futurs programmes au Texas/Nevada immédiatement. Si nous maintenons une activité de production à Fremont, cela dépendra de comment Tesla est traité dans le futur. Tesla est le dernier constructeur automobile en Californie », s’insurge Elon Musk dans un tweet publié le 9 mai, en réponse à l’interdiction prononcée par le comté. Dans la foulée, il a saisi la justice et s’en est pris au « manager de santé par intérim ignorant qui agit à l’encontre du Gouverneur, du Président et des libertés constitutionnelles ». Il y a une dizaine de jours, Elon Musk appelait à libérer l’Amérique du confinement, minimisant la menace que représente le coronavirus. 

Tesla Gigafactory 3 // Source : Tesla

Sur son blog, Tesla a publié un communiqué baptisé ‘Getting Back to Work’ (« Retourner au travail »), dans lequel il appuie les propos agressifs d’Elon Musk avec un cahier des charges précis en matière de sécurité. « Tesla est le dernier grand constructeur automobile de la Californie, et le plus gros de l’État avec plus de 10 000 employés à l’usine de Fremont et 20 000 à l’échelle de l’État. Nous comprenons l’impact que le COVID-19 a eu et avons la responsabilité de préserver la santé de notre personnel », confie la multinationale, qui estime être une « industrie essentielle ». « Nos employés sont ravis à l’idée de retourner au travail, et nous le ferons avec leur santé et leur sécurité à l’esprit », assure-t-elle. 

Tesla et Elon Musk se rangent derrière l’expérience emmagasinée à Shanghai, quand il a fallu rouvrir Gigafactory 3 après le confinement. Le retour à la normale voulu par Tesla implique toute une série de mesures pensées pour protéger les employés (exemple : des instructions à suivre en ligne avant de retourner à l’usine). En bref, Tesla a monté un dossier solide pour faire valoir ses droits, alors que les enjeux financiers sont cruciaux. Durant le premier trimestre de l’année, le constructeur a enregistré un petit profit — à la surprise générale — et, compte tenu des objectifs élevés, un arrêt trop long de l’usine de Fremont pourrait avoir des conséquences importantes sur les futurs bilans financiers.

Crédit photo de la une : Tesla (via Electrek)

Partager sur les réseaux sociaux