Dans le cadre d'un programme visant à améliorer la sécurité routière, Ford présente un prototype de veste étonnante, utilisant des emojis pour faciliter la communication entre les cyclistes et les automobilistes.

Ford a peut-être trouvé un moyen d’améliorer la sécurité sur les routes, plus spécifiquement la relation parfois compliquée entre les cyclistes, très vulnérables, et les automobilistes, beaucoup mieux protégés. Dans le cadre de la campagne Share the Road, il présente, le 6 février, un prototype de veste qui utilise des signaux simples à comprendre pour communiquer. Et quand on évoque des signaux simples, on parle ici… d’emojis.

Ford pense que les emojis peuvent servir à autre chose qu’à faire passer des messages sur les réseaux sociaux, ou à appuyer un état d’esprit. Le constructeur a peut-être la bonne approche : pour les cyclistes, toute la difficulté réside dans la nécessité de se faire voir et de faire comprendre rapidement ses intentions aux autres (notamment à l’approche d’un carrefour). Toutefois, il faut aimer avoir des têtes de bonhommes qui s’affichent dans le dos.

Le langage emoji pour améliorer la sécurité sur la route ?

La veste Ford Emoji prend la forme d’un vêtement relié à une télécommande sans fil équipée de six boutons, chacun déclenchant un élément à afficher dans le dos. Au choix, il y a trois emojis pour partager son humeur (🙂😐🙁), deux flèches pour signifier un changement de direction (comme le ferait un clignotant) et un signal de danger (en cas de freinage d’urgence, par exemple). La télécommande peut être installée sur le guidon pour qu’elle soit le plus accessible possible. Notons que le dispositif permet aussi d’éviter aux cyclistes d’avoir à lâcher le guidon pour indiquer s’ils vont à droite ou à gauche à l’aide du bras.

Veste Ford Emoji // Source : Ford

Bien sûr, Ford joue un peu les idéalistes en estimant qu’il peut« apaiser [l]es tensions » qui émaillent les relations entre automobilistes et cyclistes. Mais c’est sans doute le meilleur moment d’y songer : alors que les gouvernements veulent peu à peu débarrasser les centres-villes des voitures et qu’il existe de plus en plus de services de partage, les vélos sont devenus un moyen de transport privilégié, observant par exemple une hausse de 54 % à Paris en 2019. Dans le bilan des tués sur les routes européennes, ils pesaient 8 % en 2016.

Crédit photo de la une : Ford

Partager sur les réseaux sociaux