Certains journalistes ont pu enfourcher la première moto électrique de Harley-Davidson.

C’est peu dire que Harley-Davidson joue gros avec sa LiveWire. La moto électrique au tarif loin d’être abordable symbolise une nouvelle page pour un constructeur habitué aux véhicules qui font beaucoup de bruit. Ces derniers jours, plusieurs journalistes ont pu réaliser quelques tours de piste au guidon de la LiveWire. Ils en sont ressortis avec ce sentiment commun d’avoir enfourché un monstre à deux roues.

Avec sa puissance équivalente à 105 chevaux, la LiveWire est dans les clous de la Zero SR/F (110 chevaux). Il ne lui faut que 3 secondes pour atteindre les 97 km/h et elle peut avaler les 129 km/h en 4,9 secondes. Autant dire qu’elle en a sous ses impressionnantes roues qui la scotchent sur le bitume, dixit The Verge dans un avis pourtant loin d’être partisan.

La moto électrique de Harley Davidson // Source : Electrek

Une accélération fulgurante… et constante

« Ce qui distingue la LiveWire tient dans son accélération qui ne disparaît jamais. À 50, 60 ou 70 miles par heure, la moto ne lâche jamais », explique le journaliste de The Verge. « La LiveWire accélère comme aucune autre moto que j’ai testée auparavant », appuie son confrère d’Electrek. Ce dernier n’oublie pas de mentionner l’absence de rapport à passer, qui offre à cette accélération encore plus de fluidité. Pour compenser cette puissance facilement accessible, la LiveWire est équipée de pneus larges qui accrochent le bitume et permettent à la conduite d’être confortable. 

On retrouve un son de cloche similaire chez CNET, impressionné par cette accélération qu’il qualifie de « cristalline ». Il argumente : «  La LiveWire a toujours réagi comme je le voulais. Certaines motos électriques sont trop sensibles avec l’accélérateur. D’autres, à l’inverse, en demandent trop pour avancer. » Visiblement, Harley-Davidson a trouvé un juste équilibre. Le site insiste, « À une vitesse élevée, la LiveWire est plus relaxante — comme beaucoup d’autres — mais ne semble jamais lente. C’est une moto qui offre beaucoup de puissance avec les freins et les suspensions qui vont bien. »

Et le son dans tout ça ? C’est un argument prépondérant des motos Harley-Davidson et un point qui fâche avec la LiveWire, qui ne pourra jamais faire aussi bien de manière mécanique. The Verge le juge plus « brut » que ce à quoi il s’attendait tandis qu’Electrek en est déjà tombé amoureux. Mais : «  Il n’y a rien de Harley dans le son malgré ce que l’entreprise veut bien nous faire croire. Et je pense que c’est très bien. La LiveWire est conçue pour une nouvelle génération. » Pour certains, cela apparaîtra comme un crève-cœur. Mais c’est le propre des pages qui se tournent. 

Partager sur les réseaux sociaux