Pour augmenter l'autonomie, Ford joue sur la climatisation, très énergivore.

Comment améliorer l’autonomie des véhicules électriques sans nécessairement augmenter la capacité de la batterie ? C’est la question que se posent les ingénieurs Ford. Dans un communiqué envoyé à la presse le 12 avril 2019, le constructeur américain partage des pistes imaginées pour soulager la batterie. Si ses idées sont ici appliquées à un minibus baptisé Transit Smart Energy Concept, certaines d’entre elles peuvent être appliquées à des voitures classiques.

Pour augmenter l’autonomie, Ford cible le système de régulation de la température à bord, qui peut réduire l’autonomie de 50 % quand il fait froid. Pour qu’un véhicule électrique tire moins sur la batterie pour la climatisation, il est nécessaire d’optimiser sa conception et d’intégrer certaines technologies. 

Ford Transit Smart Energy Concept // Source : Ford

Les idées de Ford pour augmenter l’autonomie

Capable de rouler 150 kilomètres en une seule charge, le Transit Smart Energy Concept apparaît être un terrain d’expérimentations pour Ford. Certaines innovations touchent à l’architecture du véhicule, avec des matériaux plus isolants et des fenêtres ventilées à double vitrage pour réduire les pertes de chaleur.

Ford explique aussi que des sièges chauffants permettent aux passagers de contrôler leur température individuellement, ce qui réduit la consommation d’énergie du chauffage central. Plus atypique, un système d’éclairage d’ambiance ajusté en fonction de la température à bord pourrait sensibiliser les propriétaires sur une meilleure gestion (quand c’est bleu, on rafraîchit, quand c’est rouge, on réchauffe).

En parallèle, Ford indique qu’une pompe à chaleur est susceptible de réduire la consommation de 65 % et d’augmenter l’autonomie de 20 %. On trouve d’ailleurs une pompe à chaleur sur la plateforme de développement CMP du groupe PSA ou encore dans l’I-Pace de Jaguar. C’est une astuce coûteuse mais efficace car moins énergivore.

Il y a enfin la solution des panneaux solaires, qui pourraient alimenter certains équipements grâce à l’énergie fourni par le soleil. Sur une voiture classique, cette voie paraît néanmoins compliquée à mettre en œuvre.

Crédit photo de la une : Ford

Partager sur les réseaux sociaux