Pour répondre aux exigences des conducteurs chinois, Ford cherche à tirer l'odeur des voitures neuves.

Quand on achète une voiture neuve, il est impossible d’échapper à l’odeur spécifique qui se dégage de l’habitacle. Très appréciée aux États-Unis, elle ne plaît pourtant pas à tout le monde. À tel point que, selon les informations de Detroit Free Press publiées le 19 novembre 2018, Ford a déposé un brevet à propos d’une technologie qui chercherait à l’éliminer.

Pourquoi en finir avec un élément que certains adorent ? Tout simplement pour répondre au besoin d’un marché parmi les plus importants : en Chine, les conducteurs détestent l’odeur des voitures neuves, induite des composés organiques dégagés par les matériaux présents à l’intérieur (cuir, plastique) et de certaines substances chimiques (colle).

La Ford Focus 2018. // Source : Maxime Claudel pour Numerama

La Chine n’aime pas l’odeur du neuf

Selon les résultats d’une étude menée par J.D. Power, 10 % des Chinois trouvent l’odeur du neuf vraiment problématique. Brent Gruber, directeur de l’institut, souligne : « Pour remettre cette statistique dans le contexte, c’est deux fois plus que le deuxième problème considéré comme le plus important : la consommation excessive de carburant ». À leurs yeux, la sécurité et les performances de la voiture sont dont moins importantes que l’odeur.

Debbie Mielewski de chez Ford revient sur cette spécificité du marché asiatique : « Bien que l’odeur du neuf fasse partie de la culture américaine, nous savons que les conducteurs chinois la détestent. Le brevet est le résultat d’années de recherche et représente l’une des idées que nous considérons pour le futur. » Rien ne dit qu’il sera appliqué dans le monde entier — s’il est appliqué un jour. 

Pour supprimer l’odeur, Ford ferait cuire ses voitures sous un soleil de plomb avec fenêtres ouvertes, chauffage allumé et moteur en marche. Pendant ce processus a priori réservé à des voitures autonomes ou semi-autonomes, la circulation d’air chaud ferait partir tout ou partie des molécules responsables de la senteur.

Partager sur les réseaux sociaux