Toyota doit suivre la tendance initiée par plusieurs autres constructeurs de véhicules électriques en réajustant les tarifs de son bZ4X. La baisse des prix est particulièrement conséquente pour la marque japonaise.

C’est une baisse de 11 000 €, complétée par une remise éphémère de 5 000 €, que Toyota vient d’annoncer par un communiqué ce 1er février 2024. Ces baisses spectaculaires sont plutôt la spécialité de Tesla. D’ailleurs, le constructeur américain est souvent accusé de casser la valeur de ses véhicules en jouant avec les prix, avec des baisses et hausses importantes, selon les rebonds du marché.

Force est de constater que les constructeurs traditionnels ont beau taclé Tesla pour cette pratique, ils y cèdent également. Début janvier, Volkswagen a eu besoin d’ajuster les prix de sa gamme avec des réductionss atteignant jusqu’à 11 000 € sur certaines finitions. Du côté de Toyota, ce sont les trois versions de son bZ4X qui voient leur prix chuter drastiquement.

Une stratégie de lancement discutable qui a coûté cher à Toyota

Le Toyota bZ4X ne s’est jamais vraiment bien positionné par rapport à la concurrence. Au moment de son lancement, seuls des tarifs en leasing étaient communiqués par la marque. Un choix discutable, mais où le modèle ne s’en sortait pas trop mal théoriquement. Il aura fallu attendre l’arrivée effective du modèle à l’été 2023, après un gros retard à l’allumage en France, pour que la marque indique aussi un tarif comptant pour son premier modèle électrique.

Essai du Toyota bZ4X // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Essai du Toyota bZ4X // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Le Toyota BZ4X est ainsi vendu et livré mi-2023 avec un tarif débutant à 55 000 € pour sa version entrée de gamme à deux roues motrices. Un positionnement tarifaire osé parce que cela met le SUV électrique japonais au niveau des modèles du premium allemand : BMW iX1, Audi Q4 e-tron, Mercedes EQA, mais aussi l’ID.5 de Volkswagen. Autant dire que si Toyota, marque généraliste, se positionnait comme du Lexus, marque premium, cela risquait de coincer. Cela a été apparemment le cas puisqu’en fin d’année, Toyota a commencé à offrir des remises sur le modèle. Il s’affichait alors à partir de 49 000 €, ce qui était déjà mieux, mais toujours insuffisant.

Le BZ4X n’est foncièrement pas un mauvais SUV électrique, mais il n’est pas assez affuté pour cette gamme de prix (notre essai du modèle en 2022). La sanction finit par tomber fin décembre 2023 : le Toyota BZ4X n’a été immatriculé qu’à 626 exemplaires (dont une partie pour les véhicules de démonstration) en France. À ce rythme-là, on peut comprendre le discours des dirigeants de Toyota de ne pas vouloir se lancer frénétiquement dans la course à la voiture électrique.

Un tarif enfin plus compétitif

Nouvelle année, nouvelle stratégie. Ce 1er février, Toyota semble avoir décidé de revoir ses plans pour son modèle électrique. Les nouveaux tarifs de la gamme Toyota bZ4X sont les suivants :

  • bZ4X Pure Business : 39 900 €
  • bZ4X Origin 2WD : 43 900 €
  • bZ4X Origin AWD : 46 900 €

Un sacré changement qui positionne le bz4X de manière beaucoup plus compétitive par rapport aux alternatives du marché européen. Il peut même désormais être comparé au Tesla Model Y. On n’est pas certain que le modèle japonais puisse réellement tenir cette comparaison mais, au moins, il se rapproche de ce qui aurait dû être son positionnement tarifaire dès le départ.

Au volant du bZ4X // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Au volant du bZ4X // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Pour compléter cette baisse de prix, qui peut atteindre 11 000 € sur certaines déclinaisons, Toyota offre jusqu’au 31 mars une remise de 5 000 €. Cela permet donc d’accéder au Toyota BZ4X dès 34 900 €. Ce modèle de Toyota n’est pas éligible au bonus écologique, mais la marque offre l’équivalent en remise client pour les deux prochains mois.

Si l’on félicite la marque japonaise de rendre son BZ4X plus abordable, on regrette que Toyota n’ait pas choisi une meilleure stratégie dès le départ. Il est hélas maintenant un peu tard pour faire passer le mot aux clients (hors clients habituels du constructeur japonais). Les premiers essais ont eu lieu il y a presque 2 ans et, face à l’avalanche de nouveautés électriques prévues en 2024, on a hélas peu d’espoir que le BZ4X arrive à émerger de la masse.

La guerre des prix des voitures électriques est une des tendances à suivre aux travers de nos décryptages publiés dans notre newsletter, Watt Else, dédiée à la mobilité électrique.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !