Les SUV sont partout, mais un domaine laisse quand même une part belle aux petites citadines et compactes : la voiture électrique. Même si le choix de modèles est encore restreint, les acheteurs sont au rendez-vous, d’autant plus en France.

Malgré les apparences, les citadines n’ont pas dit leur dernier mot avec la voiture électrique. Que l’on observe les statistiques au niveau de l’Europe (Jato) ou de la France (AAA Datas/PFA), publiées ce 3 novembre 2023, ces modèles attirent toujours les acheteurs. Elles sont pourtant de plus en plus rares dans les catalogues des constructeurs, y compris en motorisation thermique. Peuvent-elles vraiment résister à l’avalanche de SUV sur le marché ?

En Europe, la vague déferlante des SUV électriques a un nom : Tesla Model Y. Sans ce modèle, la répartition des ventes serait déjà bien différente. Les Peugeot 208, Fiat 500 et Dacia Spring tiennent bon, et d’autres futurs modèles viendront surement donner encore un coup de fouet à ces catégories de véhicules.

Le Model Y représente à lui seul une grosse part des SUV électriques vendus en Europe

Le Tesla Model Y a déjà cumulé 198 730 immatriculations sur les neuf premiers mois de l’année en Europe. Autant dire que le modèle a désormais dépassé les 200 000 unités. C’est même devenu le véhicule plus vendu devant tous les modèles thermiques sur plusieurs mois consécutifs en Europe. C’est une consécration pour Tesla, mais une mauvaise nouvelle pour ses compétiteurs qui restent dans son ombre.

La Tesla Model Y // Source : Tesla
Le Tesla Model Y. // Source : Tesla

Voilà les SUV qui figurent dans le top 10 des voitures électriques les plus vendues en Europe :

  • Tesla Model Y : 198 730
  • Volkswagen ID.4 : 65 768
  • Skoda Enyaq : 52 698
  • Audi Q4 e-tron : 48 927

Un gouffre sépare le Model Y de ses concurrents. Le Volkswagen ID.4 a fait 3 fois moins de ventes en 2023, alors qu’il est en concurrence directe avec le modèle de Tesla. Une VW ID.3, une MG4 ou une Dacia Spring représentent entre 42 000 et 50 000 exemplaires sur l’année en cours, soit 4 fois moins de ventes que le Tesla Model Y. Voilà qui a quelque peu déséquilibré le match et la répartition dans la guerre des SUV vs les citadines/compactes/berlines.

Pour autant, ce graphique édité par l’entreprise spécialisée dans l’analyse du marché automobile Jato montre quand même une certaine résistance des véhicules autres que SUV :

SUV vs les autres types de voitures // Source : Jato
SUV vs les autres types de voitures. // Source : Jato

Heureusement que l’on n’a pas à compter sur les hybrides PHEV pour sauver les citadines face aux SUV. Cette catégorie n’existe même pas avec les motorisations hybrides rechargeables. Les citadines et micro citadines sont uniquement thermiques, hybrides simples ou 100 % électriques.

Les citadines et compactes résistent encore en Europe

En janvier 2023, l’analyste de Jato, Felipe Munoz disait déjà : « Le récent boom des VE a détourné l’attention des SUV, mais en raison de leur popularité auprès des consommateurs du monde entier, ils continuent à jouer un rôle important dans la lente reprise de l’industrie. »

Volkswagen ID.3 2023 // Source : Volkswagen
Volkswagen ID.3 2023. // Source : Volkswagen

Des voitures, qui n’étaient pas des SUV, ont effectivement longtemps porté le gros du marché du véhicule électrique en termes de ventes. La Model 3 a longtemps occupé le haut du classement, même si elle a un peu baissé cette année avec 63 820 immatriculations. Cela a quelque peu dérapé depuis. Il n’en reste pas moins que l’on ne peut pas dire que les clients se détournent de ce type de véhicules :  

  • Volkswagen ID.3 : 50 591 (compacte)
  • MG4 : 50 277 (compacte)
  • Fiat 500e : 47 936 (mini citadine)
  • Dacia Spring : 42 629 (citadine)
  • Peugeot e-208 : 39 310 (citadine)

La demande existe, et plus les constructeurs en proposeront, plus ces modèles attireront des clients, quoi qu’en disent les services marketing. Des modèles comme les futures Citroën ë-C3 et Renault 5 devraient aussi doper l’intérêt des voitures de moins de 4,30 mètres de long. Même si ces modèles vont d’abord séduire le public français, elles sont promises à un bel avenir dans les autres pays européens.

Un seul SUV dans le TOP 10 des voitures électriques en France

En France, les SUV électriques sont loin de séduire les acheteurs en masse, à une exception près : le Tesla Model Y. Comme en Europe, il truste la première place du classement des immatriculations. Néanmoins, l’écart avec les modèles suivants est bien plus faible :

ModèlesNombre d’immatriculations en France (janvier à octobre 2023)
TESLA MODEL Y29 291
DACIA SPRING24 394
PEUGEOT E-20820 427
FIAT 500E19 473
RENAULT MEGANE-E14 220
TESLA MODEL 313 668
MG MG414 063
RENAULT TWINGO6 348
RENAULT ZOE5 215
MINI COOPER SE5 677
source : AAA Datas

Voilà qui rééquilibre un peu plus les forces, et montre qu’il y a réellement un marché (dans l’électrique) pour lutter contre la domination des SUV. Il manque encore cruellement de mini-citadines et petites citadines électriques sur le marché pour vraiment parfaire le tableau.

Ces voitures sont pourtant celles qui ont le plus de sens pour accompagner une transition écologique raisonnée. Il est contreproductif de vouloir pousser les gens à acheter des SUV de plus de 4,60 m et près de 2 tonnes, si ce n’est pour le statut social. Le marché chinois l’a bien compris en proposant de nombreuses petites voitures électriques, y compris très abordables. Il est temps que l’Europe suive cette tendance également.

Notre newsletter sur la mobilité électrique vous offre chaque jeudi une plongée approfondie dans le monde de la voiture (électrique, évidemment). Ne la manquez pas, abonnez-vous dès maintenant à Watt Else.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !