Une grande partie de l’innovation du nouveau Peugeot e-3008 repose sur la nouvelle plateforme STLA medium. Celle-ci doit enfin débloquer les performances et les autonomies disponibles sur les futurs modèles du groupe. C’est prometteur.

Il y a enfin du changement côté moteur, capacité de batterie et technologie embarquée dans le groupe Stellantis. C’est tout un symbole pour Peugeot que le nouveau e-3008 inaugure cette nouvelle plateforme STLA Medium. Il aurait été inconcevable qu’un SUV familial, aussi crucial pour la marque, soit limité à 115 kW de puissance moteur et à 54 kWh de batterie. Après la fuite des photos le 7 septembre dernier, cette fois, le nouveau e-3008 est officiellement annoncé ce 12 septembre.

Le Peugeot e-3008 ouvre de nouvelles perspectives pour les futurs modèles électriques du groupe. Les motorisations proposées vont de 210 à 320 ch, en deux ou quatre roues motrices. Pour la batterie, Peugeot va enfin pouvoir s’aligner sur la concurrence avec des batteries de 73 ou 98 kWh, offrant jusqu’à 700 km d’autonomie dans la configuration la plus optimisée.

Une nouvelle plateforme : pourquoi faire ?

Jusqu’à maintenant, à l’exception de la Fiat 500 électrique, tous les modèles électriques du groupe Stellantis (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Fiat, Jeep…) ont été lancés sur une plateforme modulaire (commune aux voitures thermiques et électriques) avec une batterie et motorisation unique. Celle-ci a bien été améliorée début 2023, en proposant 15 kW de puissance supplémentaire et jusqu’à 4 kWh de capacité de batterie en plus, mais pas de quoi révolutionner cette motorisation qui s’adresse à des véhicules urbains. L’évolution des modèles électriques a été bridée par la plateforme e-CMP utilisée jusqu’à présent.

Plateforme STLA Medium  // Source : Peugeot
Plateforme STLA Medium // Source : Peugeot

La nouvelle plateforme STLA Medium vient débloquer cela. Cette plateforme est avant tout pensée pour les voitures électriques, cela signifie que ce sont les performances de la motorisation électrique qui priment sur la manière de développer le véhicule. Ce changement d’approche va permettre au groupe Stellantis de créer des modèles électriques plus en phase avec la concurrence. À titre de comparaison, ce que fait Peugeot maintenant, c’est ce que Volkswagen a mis en place avec sa plateforme MEB dès 2019 (dès le lancement d’ID.3).

Une nouvelle plateforme est un investissement couteux pour le constructeur, qu’il va falloir rentabiliser sur plusieurs modèles. Le groupe Stellantis a pris son temps, mais les équipes pourraient avoir réussi à sauter une première génération de plateforme 100 % électrique moyenne, pour passer directement à une solution plus efficace, en tout cas sur le papier. Les essais routiers permettront de trancher.

Du mieux sur les moteurs, la batterie et la recharge

Peugeot va enfin offrir un peu de choix à ses futurs clients. 3 versions (et 2 finitions) seront disponibles au lancement du Peugeot e-3008  :

Entrée de gammeDual MotorGrande Autonomie
Puissance (ch/kW)210 ch / 157 kW320 ch / 240 kW230 ch / 170 kW
Couple (Nm)343 Nm343 et 166 Nm343 Nm
Transmission2 roues motrices4 roues motrices2 roues motrices
Capacité batterie (kWh)73 kWh73 kWh98 kWh
Autonomie (km)525 km525 km700 km

Le choix du nom des versions ne nous fait pas du tout penser à un concurrent américain. Il est possible que ces appellations changent d’ici à l’ouverture de la commercialisation.

Le Peugeot e-3008 sera le premier modèle électrique du groupe à proposer une version à 4 roues motrices (avec deux moteurs). Les puissances ne sont pas particulièrement élevées sur l’ensemble de la gamme, mais elles seront bien suffisantes à l’usage. Le petit plus à retenir : les moteurs et les réducteurs seront fabriqués en France.

Nouveau Peugeot e-3008 // Source : Peugeot
Nouveau Peugeot e-3008 // Source : Peugeot

Peugeot peut enfin proposer des autonomies plus solides avec ce nouveau e-3008, même s’il faut préciser qu’elles sont toujours en cours d’homologation. Les modèles embarqueront une batterie 400V de 73 ou 98 kWh de type NMC (Nickel, Manganèse et Cobalt). La gestion thermique de la batterie et la pompe à chaleur de série devraient contribuer à obtenir de bonnes autonomies. Un nouveau système de freinage régénératif, géré par des palettes au volant, devrait aussi contribuer à gagner des kilomètres d’autonomie sur la route.

Pour la recharge, Stellantis fait aussi un grand pas en avant. Finie la recharge qui plafonne à 100 kW maximum. Peugeot promet des recharges « ultra-rapide » pouvant atteindre en pic 170 kW. Même si certains véhicules en plateforme 800V font beaucoup mieux, cela positionne le nouveau e-3008 sur un pied d’égalité avec le Tesla Model Y. Il bat aussi certains modèles de chez Renault ou de Volkswagen. Ce n’est pas si mal. Il restera à voir lors des essais si la courbe de charge est aussi intéressante que la puissance annoncée du pic de recharge.

Des progrès sur la technologie embarquée

La nouvelle plateforme STLA Medium s’accompagne aussi d’une nouvelle gestion logicielle des modèles. Le Peugeot e-3008 intègre un nouveau système i-cockpit, des commandes tactiles sur le volant, une commande vocale plus aboutie et de nouvelles aides à la conduite plus performantes.

intérieur du Peugeot e-3008 // Source : Peugeot
intérieur du Peugeot e-3008 // Source : Peugeot

Comme Peugeot a déjà vendu des améliorations, là où il n’y en avait pas toujours, il faudra attendre les prises en main du modèle pour pouvoir juger des progrès réalisés par la marque et savoir si elle peut s’aligner sur la concurrence (notamment asiatique) sur ce point.

Tarifs communiqués plus tard

Ne cherchez pas les tarifs, ceux-ci seront communiqués lors de l’ouverture de la commercialisation. C’est sur la planification tarifaire que Stellantis ne doit pas se louper. Le succès du nouveau e-3008 risque de se jouer en partie sur le prix et, jusqu’à maintenant, le patron de Stellantis n’en a surtout fait qu’à sa tête.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !