Après Paris, c’est au tour de Marseille de retirer une partie des trottinettes en libre-service en circulation. Le maire de la ville, très en colère contre la gestion de la flotte par les opérateurs, menace de sévir s’ils ne prennent pas des mesures.

« C’est à peu près n’importe quoi. » Selon Benoît Payan, le maire de Marseille, la gestion des trottinettes électroniques en libre-service dans la ville laisserait à désirer. Interrogé ce lundi 11 septembre 2023 par la radio France Bleu Provence, le maire a annoncé qu’il allait retirer 1 500 engins des trottoirs de la ville, sur les 4 000 que compte Marseille, soit 37,5 % des effectifs en moins.

« C’est mal régulé », a fustigé l’élu au micro de France Bleu. « J’ai demandé aux opérateurs de faire des choses drastiques, je vois que quelques fois, ils ont trainé les pieds. À chaque fois que ça traine les pieds, j’applique une sanction. Et donc aujourd’hui, on va enlever 1 500 trottinettes. Et si ça continue, on continuera d’en enlever ».

Les opérateurs accusés de mauvaise gestion

D’après Le Monde, Benoît Payan exige que les opérateurs déploient plus de trottinettes dans « les quartiers centraux », afin de désenclaver certains quartiers. La ville, beaucoup plus étendue que Paris, ne compte que 2 lignes de métro, et les habitants de la ville ont encore largement recours aux voitures pour se déplacer.

Marseilles retire une partie de ses trottinettes électriques en libre service // Source : Lime
Marseille retire une partie de ses trottinettes électriques en libre-service. // Source : Lime

Le maire attend également des opérateurs qu’ils « respectent les obligations légales ». Comme le note le quotidien, l’âge minimum requis pour conduire une trottinette électrique a été abaissé de 14 ans à 13 ans depuis le début du mois de septembre — les amendes sont quant à elles passées de 35 à 135 euros pour les personnes circulant à deux sur une même trottinette, ou sur des voies interdites.

Les opérateurs présents à Marseille, à savoir Lime, Bird et VOI, vont donc devoir s’adapter aux demandes du maire. La sanction aurait pu être plus sévère encore : « Si j’avais autant de lignes de métro qu’à Paris, j’enlèverais toutes les trottinettes », a déclaré Benoît Payan.

La capitale a interdit les trottinettes électriques en libre-service suite à un référendum, organisé en avril. Plus de 89 % des votants se sont exprimés pour un retrait des engins, qui a eu lieu pendant l’été. Depuis le 1er septembre 2023, plus aucune trottinette en libre-service ne circule dans les rues de Paris — les trottinettes électriques personnelles restent autorisées. Les opérateurs ont renvoyé les engins devenus indésirables dans d’autres villes.

Article en développement.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !