Après la Suède, le Danemark, l'Espagne et le Portugal, les trottinettes en libre-service VOI débarquent en France au milieu d'une rude concurrence. Voici notre test.

Après une phase de test lancée mi-décembre dernier, les flottes de trottinettes en libre-service VOI sont disponibles à Paris et à Lyon depuis le mois de février 2019. La startup n’est pas une novice, puisque ses véhicules sont déjà accessibles en Suède, au Danemark, en Espagne et au Portugal. Alors que la société n’a lancé son service que depuis août 2018, elle s’est étendue très rapidement en Europe. La conquête de la France pourrait par contre s’avérer être un défi compliqué.

Dans l’Hexagone, on compte de nombreuses sociétés proposant des trottinettes en libre-service, comme Bird, Txfy ou Lime pour ne citer qu’elles (lire nos tests).  Pour avoir du succès, il faut donc que VOI parvienne à se démarquer, d’autant que ses appareils ne sont disponibles que dans deux villes. On les a testés : voici notre avis.

Tarifs et Application

Commençons par ce qui fait toujours mal : le prix. VOI a suivi le même chemin que la concurrence : le déverrouillage de l’appareil coûte 1 euro, plus 15 centimes pour chaque minute de réservation. Un prix toujours élevé qui ne donne pas d’avantage à VOI, mais qui n’est pas non plus dommageable vu que la société se met au même niveau que les autres.

Captures d’écran de l’application VOI // Source : Léopold Maçon

L’application ne distingue pas vraiment non plus mais elle est très efficace : elle est intuitive et fluide, donne la localisation des trottinettes et leur batterie restante, et permet (comme les autres) de débloquer les machines via le scan d’un QR Code.

On regrette particulièrement qu’il ne soit pas possible de réserver son véhicule à distance, comme c’est le cas avec le service Bolt de Txfy — qui a retiré son parc en hiver à cause des intempéries. Voir une trottinette nous passer sous le nez parce qu’une personne est arrivée sur place 20 seconde avant est particulièrement frustrant (oui, ça sent le vécu). Ce détail mis à part, l’application de VOI est aussi claire que les autres, et il suffit de quelques secondes pour débloquer sa trottinette.

Design et Maniabilité

Trottinette VOI // Source : Léopold Maçon

Comme la quasi-totalité des trottinettes en libre-service, le modèle utilisé par VOI appartient à la gamme Ninebot Segway. Pour être plus précis, il s’agit d’un ES4 personnalisé, tout comme les Bolt de Txfy. La VOI se distingue tout de même des autres grâce à une couleur rose qui permet de la repérer de loin. Avec un aspect solide, de grosses roues et un repose-pied très large, la trottinette de VOI serait plutôt confortable si elle avançait uniquement sur un sol complètement lisse. Mais l’absence de suspension se fait sentir en permanence, même sur une route qui n’a pas subit trop de dégâts. Sur une VOI, les pavés deviendront vos pires ennemis, et un mal de crâne a vite fait de s’installer après quelques minutes à cause des vibrations.

Ralnrtir à gauche, accélérer à droite // Source : Léopold Maçon

Pour ce qui est de la conduite, la trottinette VOI est très maniable. Ce sont notamment ses deux boutons, le vert pour accélérer et le rouge pour ralentir, qui en font un véhicule très agile. On s’habitue très vite à jongler entre les deux pour adapter sa conduite en fonction de la situation. Si le bouton  « accélérer » est toujours très réactif, ce n’est pas toujours le cas du bouton « ralentir ». Ce dernier fonctionne plus ou moins bien de façon assez aléatoire, pilant rapidement un moment, puis prenant son temps l’instant d’après (dans des conditions identiques). Dans le doute, on vous conseillera de toujours garder un pied sur le frein arrière et de ne pas vous en remettre uniquement à celui lié au bouton.

Côté vitesse, la VOI respecte la loi : elle atteint les 23 km/h en vitesse de pointe, 24 dans une légère pente. Elle ne risque pas de donner des sensations fortes, mais ce n’est sans doute pas plus mal pour éviter les incidents dans les grandes villes.

Nombre et disponibilité

Pour son lancement à Paris, VOI a fait fort puisqu’on trouve déjà des centaines de trottinettes dans la ville. Elles ont en plus été bien disséminées, au lieu d’être concentrées dans quelques quartiers. À moins d’un sacré manque de chance, il ne devrait pas être difficile d’en trouver une à quelques minutes de marche, où que l’on se trouve.

Des trottinettes VOI par centaines // Source : Léopold Maçon

Malheureusement, VOI subit le même problème que la plupart des autres trottinettes en libre service : les utilisateurs qui les cachent. Pendant notre test d’une petite heure, nous avons dû abandonner la chasse de pas moins de quatre véhicules parce qu’ils ne se trouvaient pas dans la rue, mais dans l’enceinte des bâtiments. Une alarme se déclenche quand on prend une trottinette sans la débloquer, mais elle est trop faible pour décourager les voleurs. À ce jour, aucun des professionnels de ce domaine n’a trouvé de solution pour palier cette pratique illégale.

En bref

Trottinette électrique VOI

Note indicative : 4/5

Ce que l'on peut retenir de trottinettes électriques en libre service VOI, c'est qu'elles sont efficaces dans tous les domaines, sans jamais sortir du lot. Globalement, elles offrent une expérience agréable : application efficace, conduite simple à prendre en main et intuitive, et pas trop difficile à trouver. Le problème est qu'aujourd'hui, on peut décrire de la même façon un grand nombre de services présents en France pour le même prix. 

Il faut également prendre en compte les petites éléments gênants qui accompagnent les trajets, comme le freinage à la fiabilité approximative et surtout les vibrations qui parcourent les mains et le crâne. VOI propose malgré tout un bon service, sans pour autant devenir la nouvelle star des trottinettes électriques. 

Top

  • Application intuitive
  • Simple à prendre en main et très maniable
  • Un grand nombre de trottinettes à disposition

Bof

  • Prix un peu élevé
  • La qualité du freinage qui joue au yo-yo
  • L'absence de bonne suspension qui se fait sentir en permanence

Partager sur les réseaux sociaux