Sous le titre « il faut sauver le soldat marge », l’édito de la newsletter Watt Else du 24 août s’est intéressé à la course aux marges élevées chez les constructeurs automobiles. Des marges à la hausse signifient souvent que les prix ont suivi la même tendance, ce qui ne va pas aider à rendre la voiture électrique plus abordable.

Les constructeurs européens le répètent depuis plusieurs mois, ils refusent d’entrer dans la guerre des prix initiée par Tesla. Ils sont prêts à vendre moins, mais à vendre mieux. Ce qui signifie des prix plus élevés pour le client. L’équilibre ne fonctionne pourtant qu’en restant un minimum concurrentiel, à moins d’être dans le segment du luxe. Alors, à celles et ceux qui espèrent une baisse des prix des voitures électriques (hors Tesla) avant la fin de l’année : ça sent le sapin !

Tesla n’est plus le champion de la marge

Marge ou volume ? Telle est la question. Les groupes automobiles sont nombreux à avoir choisi de miser sur des marges élevées et salutaires après l’épisode covid. Les résultats financiers du semestre confirment bien la tendance. Si Ferrari conserve toujours une belle longueur d’avance sur tous les autres avec 29.6 %, Porsche, Stellantis, BMW, Mercedes ou Toyota devancent de nouveau Tesla, en affichant des marges confortables à deux chiffres.

Tesla n’est plus le leader en la matière. Ses marges supérieures à celles des constructeurs historiques ont été en partie sacrifiées pour faire tourner les usines à une cadence plus élevée en stimulant la demande des consommateurs. Mission (partiellement) accomplie et appréciée des clients finaux. Sauf que cette décision fait grincer les dents des investisseurs et ce n’est jamais bon. 

Carlos Tavares - conférence Dare Forward 2030 // Source : Stellantis - stephane sby balmy
Carlos Tavares fait la course aux marges hautes et bat Tesla // Source : Stellantis – stephane sby balmy

Si cette stratégie de marges élevées ne va pas vraiment rendre les constructeurs européens populaires, ce n’est pas leur priorité du moment. Les embuches se multiplient sur la route de l’électrification de leur gamme. La crise des semi-conducteurs n’est pas encore terminée que l’inflation et les taux d’intérêts élevés viennent jouer les trouble-fêtes.

Les groupes redoutent tous un ralentissement de la demande sur les prochains mois. Cela risque de ressembler au serpent qui se mord la queue. Comment relancer l’achat des clients dans une période de préoccupations financières sans jouer sur le levier du prix ? Les véritables nouveautés n’arriveront pas avant mi-2024, désormais. Sans coup de pouce sur les prix, l’attrait pour les modèles existants pourrait stagner.

Des prix en équilibre sommaire

Le pire serait que les prix des voitures électriques continuent à suivre la pente ascendante qu’ils ont prise depuis 2022. La menace de Tesla et des constructeurs chinois, qui raflent les parts de marché sur la voiture électrique, va certainement jouer un rôle de régulateur apprécié par les clients européens.

Une déclaration récente de Volkswagen devrait aussi rassurer. Les prix de certains modèles thermiques vont bien augmenter à cause de l’inflation, mais pas ceux des voitures électriques. La marque se doit absolument de rester compétitive, ce qui n’est pas forcément chose facile avec Tesla pour lui tailler des croupières. 

Production véhicules électriques groupe Volkswagen // Source : groupe Volkswagen
Production véhicules électriques groupe Volkswagen // Source : groupe Volkswagen

La fin de l’année va assurément être plus agitée qu’il n’y parait. Pour le moment, on peut avoir l’impression que tous les constructeurs se regardent en chiens de faïence. Mais il en suffit d’un qui bouge, à la hausse ou à la baisse, pour tout bousculer. Le salon de la mobilité de Munich (IAA), début septembre, donnera peut-être un pouls sur ce qui nous attend pour les mois à venir.  

Si ce n’est pas encore fait, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter Watt Else pour la recevoir directement dans votre boîte mail tous les jeudis.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !