De nouvelles indiscrétions sur le projet automobile d’Apple évoquent un lancement en 2026, un prix de 100 000 $ et des ambitions à la baisse concernant la conduite autonome. Depuis les premières rumeurs, le projet ne cesse d’être bouleversé.

Dans les projets actuellement en développement dans les bureaux d’Apple, deux sont en train de devenir des arlésiennes, voire des fantasmes. Il y a d’abord le casque de réalité mixte, que l’on promet désormais pour le second semestre de 2023. Mais surtout la voiture 100 % électrique, connue sous le nom de Project Titan, qui semble poser beaucoup de problème à l’entreprise californienne. On n’en avait plus entendu parler depuis un petit moment, mais Bloomberg a partagé plusieurs indiscrétions dans un article publié le 6 décembre. On y découvre que les ambitions ont été revues à la baisse, alors que les dernières rumeurs disaient qu’Apple croyait de nouveau en son projet.

Ainsi, le véhicule ne ferait plus de la conduite autonome son pilier, alors qu’on disait qu’Apple ne proposerait qu’un véhicule complètement autonome. Il conserverait alors des pédales et un volant, en réservant la conduite autonome pour certaines circonstances favorables (exemple : les voies rapides). Bref, on est loin de la voiture 100 % autonome esquissée à l’origine, celle susceptible de révolutionner le marché automobile et articulée autour d’une maîtrise logicielle supérieure aux autres.

Le nouveau CarPlay a été présenté à la WWDC d'Apple // Source : Capture d'écran Numerama
Le nouveau CarPlay a été présenté à la WWDC d’Apple // Source : Capture d’écran Numerama

Une voiture Apple moins ambitieuse que prévu

Cette révision des capacités autonomes de la voiture suggère un certain attentisme de la part d’Apple, quand Tesla se montre beaucoup plus agressif sur ce terrain dénué d’un cadre législatif clair. Elle permettrait aussi à la firme de Cupertino de proposer un véhicule sous la barre des 100 000 $ (contre 120 000 $ à l’origine) — un tarif difficile à juger sans connaître la catégorie à laquelle il appartient. S’il s’agit d’une berline compacte, il aurait du mal à rivaliser avec la Model 3, dont le prix plancher est de 47 000 $. En revanche, elle pourrait venir boxer dans la même catégorie que la Model S — vendue à partir de 105 000 $.

Pour animer sa voiture, Apple s’appuierait sur une architecture, nom de code « Denali », dont le processeur serait quatre fois plus puissant que la meilleure puce actuellement disponible dans les Mac (la M1 Ultra). Il serait notamment chargé de piloter l’ensemble des capteurs nécessaires aux assistances au pilotage, c’est-à-dire un LiDAR et des radars. Sur ce point, Apple se différencierait de Tesla, qui mise uniquement sur des caméras avec son système Vision. L’architecture « Denali » utiliserait par ailleurs des données dans le cloud, stockées sur les infrastructures d’Amazon Web Services et analysées par une intelligence artificielle. En somme, rien de ce que ne font pas déjà les constructeurs automobiles déjà bien avancés sur le sujet de la conduite autonome.

Concernant le lancement, il faudrait a priori prendre son mal en patience. Bloomberg croit savoir que la voiture d’Apple ne foulerait pas les routes avant 2026, ce qui constituerait un retard d’un an supplémentaire. D’ici là, on est prêt à parier qu’il y aura de nouveaux reports.

Le nouveau CarPlay a été présenté à la WWDC d'Apple // Source : Capture d'écran Numerama
Le nouveau CarPlay a été présenté à la WWDC d’Apple // Source : Capture d’écran Numerama

Faut-il encore croire à la voiture d’Apple ?

Ces nouvelles rumeurs, si elles peuvent paraître rassurantes sur la bonne santé d’un projet attendu de longue date, ne font finalement qu’entretenir le flou autour de la voiture dont rêve Apple depuis maintenant des lustres. En effet, elles sont en totale contradiction avec des bruits de couloir partagés il y a environ un an, en provenance de la même source (Bloomberg). Les différences prouvent que la firme de Cupertino ne sait pas vraiment où elle va dans ce projet qui doit engloutir des millions et des millions de dollars.

L’historique récent de Project Titan :

  • Janvier 2019 : Apple a amputé le projet de 200 personnes, suggérant un sérieux frein mis au développement d’une vraie voiture ;
  • Décembre 2020 : le Project Titan est réactivé, avec un lancement prévu en 2024. Des technologies de batterie exclusives sont évoquées ;
  • Novembre 2021 : l’ambition est de lancer une voiture 100 % autonome en 2025, avec des banquettes qui se feraient face et seraient disposées autour d’un grand écran tactile.

Comme on peut le constater, Project Titan est passé d’une voiture à des technologies à fournir aux autres (comme c’est déjà le cas avec CarPlay), puis à une voiture 100 % autonome, et désormais à une voiture plus si autonome que cela. Chaque année, la nature du projet change, ce qui n’incite pas à l’optimisme. Dans le passé, Apple a déjà tenté de révolutionner des secteurs avant de changer de stratégie (la télévision par exemple, Apple s’est contenté de son boîtier Apple TV). Rien ne dit que la voiture Apple verra les routes un jour, surtout si les constructeurs intègrent le nouveau CarPlay.


Aidez-nous à construire l’avenir de Numerama en répondant à cette enquête !