La SNCF vend enfin ses billets de train pour la période de Noël. Beaucoup d’internautes ont été déçus de voir des prix élevés dès l’ouverture des ventes. Certains ont décidé de voyager en avion plutôt qu’en train, malgré leurs convictions écologiques.

« Il ne faut pas s’étonner que les gens prennent l’avion plutôt que le train. » Les messages de déception ont été nombreux, dès le matin du 5 octobre 2022. À partir de 6h, SNCF Connect a rendu possible l’achat de billets de train sur son site et son application, pour la période des vacances de Noël. Non sans difficulté : SNCF Connect a rencontré des bugs, tandis que les réservations de train pour Noël explosaient. La situation a probablement profité à d’autres applications, tout aussi efficaces que SNCF Connect pour réserver des billets de train.

En temps normal, les billets des TVG INOUI et des Intercités sont mis en vente 4 mois avant le départ des trains sur le site de la SNCF. Une exception est faite pour la période des fêtes de fin d’année : une vente à date fixe est prévue. Les personnes qui souhaitent voyager en train entre le 11 décembre 2022 et le 2 janvier 2023 ont donc dû patienter jusqu’au 5 octobre, à 6h, pour commencer leurs réservations.

Les habitués le savent : il est fortement recommandé de réserver au plus tôt des billets de train pour la période de Noël, car les prix risquent d’augmenter avec le temps. Logiquement, les prix les plus attractifs sont proposés à l’ouverture de la vente, et les premières personnes connectées sur le site de la SNCF peuvent espérer en profiter. Contacté par Numerama, le transpoteur SNCF Voyageur, qui détermine les prix des billets, assure que « 9 millions de billets étaient mis en vente hier [mercredi 5 octobre] pour la période de Noël et il y avait autant de petits prix et de prix d’appels mis en vente que d’habitude ». Cependant, dès 6h ce 5 octobre, les prix étaient déjà élevés, comme a pu le constater la rédaction de Numerama en se connectant à l’application avant l’aube.

Les prix grimpent pour voyager en train à Noël avec la SNCF

Pour beaucoup d’internautes, qui ont exprimé leur mécontentement en ligne, ces prix forts ébranlent les convictions écologiques, même les plus tenaces. Il suffit de faire quelques calculs pour rapidement s’apercevoir que certains trajets s’avèrent peu rentables en train. C’est le cas de Clément, avec qui nous avons échangé. « J’aurais aimé rentrer en France pour les vacances de Noël en train, puis en TGV (Amsterdam/Toulouse), mais l’aller-retour à 400 € est bien trop cher, comparé à un aller-retour en avion à 130 € pour 1h50 de trajet, au lieu de 8h en train. »

La facture grimpe évidemment encore plus pour les groupes de voyageurs. « On a décidé de prendre l’avion, car ça nous revient à 650 € de billets aller-retour, 40 € de parking et 20 € de carburant/péage pour un total d’environ 700 €. Le trajet en train revient à 912 € », nous confie un autre internaute, Samuel. Il a prévu de se déplacer depuis Belfort jusqu’à Bordeaux, pour assister au match de Ligue 2 entre Bordeaux et Sochaux le 30 décembre.

« Si le train est seulement un peu plus cher, je le prends »

Pourtant, les voyageurs ne sont pas forcément opposés à l’idée de passer plus de temps dans un train que dans un avion, pour une même destination. L’avion n’est ici pas tant un choix de confort que de budget. Sandra a ainsi attendu ce 5 octobre pour faire son choix (sur un trajet allant du sud de la France, vers le nord). « J’ai regardé combien me coûterait un aller-retour en avion (150 € environ) et j’ai attendu pour essayer d’avoir un bon prix en train, même si c’est plus long. Eh bien non, plus de 300 € pour rentrer chez moi 4 jours. […] Je voyage énormément et c’est le prix que je paye pour un aller-retour Paris Montréal. »

Un exemple de recherche dans l'app SNCF Connect, le 5 octobre 2022. // Source : Capture d'écran iOS
Un exemple de recherche dans l’app SNCF Connect, le 5 octobre 2022. // Source : Capture d’écran sur iOS

« Ça ne me dérange pas de passer plus de temps dans les transports pour réduire mes émissions, mais malheureusement le prix entre aussi en compte », poursuit Clément. Il va continuer de comparer les trains et les avions pour chacun de ses déplacements. « Si le train est seulement un peu plus cher, je le prends, mais souvent la différence de prix est au moins double. » Pareil pour Samuel : « Depuis la fin du covid, je regarde toujours s’il n’y a pas un train pour le même trajet […] Je pense que je continuerai de vérifier, par curiosité et par conscience. »

En plus de l’argument financier, certains usagers du train s’en détournent par lassitude, avec l’impression que leurs efforts individuels n’auront que peu de poids face à d’autres décisions aux conséquences plus néfastes pour l’environnement. « Je me suis dit que le train était meilleur pour l’environnement même si c’était plus long, affirme aussi Sandra. Puis, j’ai vu que les JO d’hiver étaient annoncés en Arabie saoudite [ndlr : il s’agit des Jeux asiatiques d’hiver de 2029], et là clairement, je laisse tomber mes petits efforts écologiques. »

Pour rappel, le transport ferroviaire est considéré comme le mode de transport le plus respectueux de l’environnement (hormis la marche et le vélo), par rapport aux voyages en avion ou en voiture. Les émissions associées à l’aviation sont de l’ordre de 45 fois supérieures à celles du TGV. Si vous comptez voyager bientôt, et que vous voulez mieux vous rendre compte de l’impact écologique de votre trajet, vous pouvez le vérifier en ligne avec ce simulateur, qui permet de comparer divers moyens de transport. Heureusement, le train a quand même la cote : ce 5 octobre, malgré les bugs, l’application SNCF Connect a enregistré 100 000 connexions par minute, d’internautes souhaitant préparer leur voyage pour Noël.