On sait que les voitures électriques aiment peu le froid, mais les très fortes chaleurs peuvent aussi altérer leur bon fonctionnement. Voilà pourquoi.

Les voitures électriques sont un peu comme les humains : qu’il fasse trop chaud ou trop froid, cela influe sur leurs performances globales. Le froid amène les voitures électriques à augmenter leur consommation et à se recharger moins vite sur les bornes à courant continu (DC). C’est aussi le cas lors des phases de canicule, mais c’est un peu moins connu. Une chose est sûre : si vous rencontrez plus de difficultés à recharger votre véhicule électrique lorsque les températures extérieures sont très élevées, cela n’a rien d’anormal.

Ce n’est d’ailleurs pas toujours la faute de la voiture si la puissance de recharge est basse. Les bornes de recharge souffrent aussi d’être souvent exposées en plein soleil.

Toutes les voitures ne sont pas égales face aux fortes chaleurs

Les batteries sont particulièrement sensibles aux conditions météorologiques. Pour un fonctionnement optimal, anodes et cathodes ont besoin de rester dans une plage de température donnée. Cette fourchette de températures dépend du type de batterie utilisé et est propre à chaque modèle, mais globalement, elles doivent être inférieures à 40 °C.

Selon les moyens de refroidissement mis en place par les constructeurs pour refroidir la batterie, les véhicules seront donc plus ou moins affectés par les fortes chaleurs. Une bonne partie des modèles électriques arrivés récemment sur le marché disposent d’un refroidissement plus efficace que par le passé. Le système de refroidissement par liquide est désormais privilégié, et encore plus spécifiquement pour les batteries de grande capacité. Mais, certains véhicules, de conception plus ancienne, tels que la Renault Zoé ou la Nissan Leaf, disposent de systèmes de refroidissement bien moins efficaces.

parking-space-1678181_1920
Zoé en charge. // Source : Pixabay @Stivabc

Autoroutes et recharges rapides peuvent vite donner de la fièvre à une voiture électrique qui n’a pas un système de refroidissement adapté. C’était notamment ce que Challenges avait pu expérimenter avec la Leaf en 2019. Si l’on combine un mauvais refroidissement pour certains usages avec de fortes chaleurs, on obtient des situations plus complexes à gérer. Il arrive de devoir attendre un moment avant de lancer la recharge, afin que la batterie revienne à des températures acceptables. Ces choix stratégiques, et souvent de réduction de coût, sont faits par les constructeurs aux dépens des acheteurs, qui ne connaissent pas (ou peu) ces aspects techniques du fonctionnement d’un véhicule électrique.

En bref, s’il fait très froid ou très chaud, il faut parfois se montrer un peu patient pour effectuer sa recharge. Si la batterie n’est pas à la bonne température, la puissance de recharge peut être bridée par le système embarqué afin de préserver la batterie. Il faut aussi savoir se montrer vigilant aux moindres signes d’une éventuelle surchauffe. Au même titre qu’avec un modèle thermique, une pause lorsque le tableau de bord indique une anomalie peut être judicieuse.

Les bornes aussi souffrent de leur exposition au soleil

Pendant la période estivale, il n’est pas rare de rencontrer des bornes de recharge en panne, encore plus que le reste de l’année. Avec de nombreuses sollicitations durant les grands départs en vacances et des expositions en plein soleil, ces deux ingrédients combinés mettent les composants électroniques à rude épreuve. Les bornes aussi peuvent surchauffer et fonctionner en mode dégradé.

Fastned l’a bien compris en mettant ses bornes sous des auvents d’ombrage, qui sont en plus recouverts de panneaux solaires. Total énergies installe aussi ses bornes de recharge rapide sous des auvents. Il serait temps que les autres fabricants et opérateurs de réseaux de recharge songent aussi à cette solution. C’est également utile aussi bien quand il pleut que quand il fait grand soleil, et que l’on n’arrive plus à lire les affichages de l’écran de contrôle.

fastned_a5-2
Station Fastned sur autoroute. // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Une borne de recharge n’est rentable que si elle est fonctionnelle et utilisée. Il y a donc encore des progrès à faire.

Les technologies de batterie évoluent rapidement, celles des bornes aussi. En attendant des technologies qui seront moins sensibles à la météo, il faut, hélas, savoir faire quelques concessions.