Alors que la Toyota bZ4X n’est pas encore arrivée en France, des soucis de recharge rapide par grand froid pourraient bien être une épine dans le pied pour sa commercialisation.

On attend le nouveau modèle 100 % électrique de Toyota avec une certaine impatience en France. Derrière le nom barbare de bZ4X, ce SUV électrique développé par la marque japonaise est attendu au tournant. Le constructeur est réputé pour ses motorisations hybrides, mais il a toujours repoussé l’échéance pour les modèles 100 % électriques. On pensait que la marque prenait son temps pour développer une réponse fiable, sauf qu’une communication de Toyota USA vient de mettre en lumière un défaut de jeunesse, dont la marque se serait probablement bien passée pour débuter la commercialisation du bZ4X.

On découvre au travers de cette publication que la version à transmission intégrale (AWD) de la Toyota BZ4X serait particulièrement sensible à un problème de recharge rapide par temps froid. Une information qui n’a pas manqué de faire réagir les médias automobiles canadiens, mais qui n’est pas non plus sans conséquence en Europe.

Le message polémique de Toyota USA

Il faut aller dans les petites mentions sous la publication principale pour comprendre ce qui a attiré l’attention : « Les temps de charge en courant continu sont estimés sur la base de conditions de charge idéales. Lorsque la température descend en dessous de 50 degrés Fahrenheit, le temps de charge augmente considérablement. Pour le modèle bZ4X AWD, la charge peut ralentir plus que les autres modèles dans des conditions météorologiques inférieures à 32 degrés Fahrenheit et peut ne pas être possible lorsque la température descend à environ -4 degrés Fahrenheit et moins.»

toyota_bz4x-4
Toyota bZ4X en charge // Source : Toyota France

Alors que la marque affiche des capacités de recharge rapide (DC) qui peuvent atteindre jusqu’à 150 kW, elle spécifie que cela n’est pas le cas lorsque la température passe en dessous des 10°C. Jusque là, même si tous les automobilistes roulant en électrique ne sont pas informés, c’est un fait connu et courant. C’est d’ailleurs pour cette raison que pour les gros rouleurs, il est important d’avoir un modèle qui peut préconditionner la batterie avant une charge rapide, cela évite justement d’avoir des temps de charge trop rallongés en hiver.

Par contre, la communication, très transparente, de Toyota déraille au moment d’annoncer qu’autour de 0°C, la puissance de recharge devient très limitée pour la version bZ4X AWD, et qu’en dessous de -20°C la charge rapide est carrément impossible.

Pourquoi seulement le bZ4X AWD ?

La version à transmission intégrale, pourtant bien utile en conditions hivernales, est équipée d’une batterie différente de la version traction (FWD) à deux roues motrices. La bZ4X AWD dispose d’une batterie CATL de 71,4 kWh, alors que la version traction fonctionne avec une batterie Panasonic (selon nos confrères d’Automobile-Propre). Cette différence suffit pour créer un problème supplémentaire pour la version AWD.

Rien n’empêche par contre au propriétaire d’une bZ4X de procéder à des charges lentes (AC), malgré des conditions hivernales.

D’un côté, on ne peut pas reprocher à Toyota d’avoir communiqué de manière transparente sur le sujet. De l’autre, on peut quand même critiquer la marque d’avoir fait un choix, loin d’être anodin, en optant pour une technologie de batterie dont il connaissait probablement le défaut en amont. Tous les modèles sont testés dans des conditions hivernales extrêmes, le constructeur était forcément au courant de ce frein à la charge. Une décision qui entache quelque peu l’image de sérieux de Toyota.