L’ancien fondateur de Twitter se concentre désormais totalement sur son nouveau dada : les crypto-monnaies. Son dernier projet en date ? La création d’un fonds pour fournir une aide légale aux développeurs indépendants du bitcoin.

Jack Dorsey a quitté Twitter, mais pas le monde des affaires. Depuis que le cofondateur du réseau social à l’oiseau bleu a quitté sa direction générale, il se concentre totalement sur les crypto-monnaies, et notamment sur la société Block (ex-Square) qu’il a créée dans ce secteur.

Sa dernière annonce en date ? Il va créer un fonds d’aide juridique aux développeurs spécialisés dans le bitcoin avec Alex Morcos, cofondateur de Chaincode Labs, et Martin White, professeur d’informatique spécialisé dans la blockchain à l’université du Sussex.

Des développeurs bitcoin exposés aux pressions juridique

La démarche peut surprendre, mais comme l’explique le mail d’annonce du trio, relayée le 12 janvier par le média The Block la communauté bitcoin est actuellement aux prises avec plusieurs litiges. « Ces litiges et les menaces juridiques perpétuelles ont l’effet recherché : les individus accusés sont contraint de capituler faute d’une aide juridique adéquate. »

Les trois fondateurs du fonds qui sera baptisé Fonds de Défense Juridique du Bitcoin, soulignent également : « les développeurs open-source, qui sont souvent indépendants, sont particulièrement exposés aux pressions juridiques ».

Des litiges qui leur font perdre du temps, selon le trio, et les découragent parfois de continuer à travailler sur l’environnement bitcoin et « les projets qui lui reliés tels que le Lignintng Network, ou des protocoles bitcoin protégeant la confidentialité », déplorent les fondateurs du fonds. Le Fonds de Défense Juridique du Bitcoin sera composé de volontaires et de juristes à temps partiel. C’est le trio de fondateurs qui sélectionnera les affaires et les personnes que le fonds défendra gratuitement.

Source : canva
Source : canva

Premier dossier : la défense des développeurs de Mt. Gox

Le premier dossier de ce nouveau fonds sera de « prendre en main la coordination de la défense des développeurs mis en cause par la plainte déposé par Tulip Trading ». Cette plainte fait suite au piratage en 2014 de Mt. Gox, une plateforme qui gérait à l’époque une part importante des transactions en bitcoin.

Ce piratage avait entraîné le détournement de plus de 800 000 bitcoins. La plainte déposée par Tulip Trading accuse certains développeurs de « manquements à leur devoir fiduciaire », autrement dit de ne pas avoir correctement veillé aux intérêts des clients.

Jack Dorsey précise que le Fonds de Défense Juridique du Bitcoin n’a — pour l’heure du moins — pas besoin de fonds additionnels.

Ce n’est pas le seul projet sur lequel Jack Dorsey travaille dans l’environnement crypto. En 2021, il a révélé que sa société Block (anciennement Square) travaillait sur le développement d’un portefeuille crypto physique, ainsi que sur des services de finance décentralisée. Comme l’a remarqué CoinTribune, une récente offre d’emploi publiée par sa société suggère aussi qu’il souhaite développer une nouvelle génération de micropuces, spécialisées dans le minage de bitcoins.