Le groupe Facebook change complètement de nom et devient Meta. Si le réseau social et la plupart des produits du groupe ne vont pas être plus impactés que cela par la transformation, les casques de réalité virtuelle Oculus vont, eux, changer de nom. Une nouvelle identité qui permet aussi de s'éloigner du créateur controversé des casques.

Mark Zuckerberg l’a annoncé hier en grande pompe : le groupe Facebook s’appelle désormais Meta. Ce nouveau nom indique très clairement la direction que le groupe va prendre : Mark Zuckerberg veut désormais se concentrer sur le metaverse, un projet de monde virtuel en 3D accessible par casque de réalité virtuelle.

Le nouveau nom ne va pas changer grand-chose pour les utilisateurs du réseau social, qui garde le nom Facebook, ni même pour les utilisateurs de WhatsApp ou de Messenger, les autres applications du groupe. Mais ce n’est pas le cas pour Oculus, la dernière marque de la multinationale de Mark Zuckerberg, qui va changer d’identité : les applications, logiciels, et tous les autres éléments relatifs à la marque vont désormais s’appeler Meta.

Palmer Luckey, le fondateur d’Oculus // Source : Wikimedia Commons

La marque Oculus disparaît et devient Meta

C’est toute la marque qui va aussi changer de nom, de logo et d’identité. Les casques de réalité virtuelle Oculus Quest vont désormais s’appeler Meta Quest, et l’application Oculus va devenir Meta Quest App. Quant aux logiciels développés par Oculus, ils vont prendre le nom de Horizon Home, Horizon Venues, Horizon Friends ou encore Horizon Profile. Les écrans de communication Portal vont également changer de nom, devenant Meta Portal. Le changement est censé s’opérer en 2022, selon une publication sur Facebook d’Andrew Bosworth, en charge de la réalité virtuelle dans le groupe. C’est certainement le changement le plus immédiat que va induire le changement de nom du groupe Facebook.

Mais plus que l’identité de la marque, c’est aussi au fondateur d’Oculus que le changement de nom va permettre de dire au revoir. Palmer Luckey, qui a créé la marque de casque de réalité virtuelle en 2012, était devenu une figure très controversée. Au début considéré comme le visage de la technologie, il avait rapidement créé la polémique en 2016, lors de la campagne pour les élections américaines. Il aurait financé un groupe de trolls pro-Trump très actifs, dont le but était de publier assez de mèmes pour que « tous les américains les voient », selon le journal The Daily Beast, qui avait sorti une enquête à ce propos en 2017.  Palmer Luckey, qui était également en contact avec le polémiste proche de Donald Trump Milo Yiannopoulos, leur aurait même permis de lancer des campagnes physique de publicités attaquant Hilary Clinton. Un an après, Palmer Luckey avait quitté Facebook, qui avait racheté Oculus en 2014, sans que l’on sache vraiment si son départ avait été demandé ou non par le réseau social.

Facebook avait depuis évité de refaire mention du fondateur d’Oculus. Dans sa publication, Andrew Bosworth précise simplement que la décision de changer de nom avait été « très difficile », à cause notamment d’un « fort attachement au nom Oculus ». « Bien que nous changeons le nom de nos produits, Oculus sera toujours une part importante de notre ADN, et continuera d’exister à travers nos logiciels ». Une façon comme une autre de couper définitivement tous les liens avec Palmer Luckey.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo