Facebook pourrait-il changer de nom ? C'est ce qu'a appris le site américain The Verge. L'entreprise souhaiterait se donner une nouvelle identité, pour concentrer ses efforts sur son projet de métaverse — et peut-être aussi pour faire oublier les récents problèmes de la plateforme.

L’annonce n’a pas encore été faite officiellement, mais, selon un article de The Verge du 19 octobre 2021, la décision serait déjà prise : Facebook compte changer de nom. Mark Zuckerberg, le CEO du réseau social, aurait voulu attendre le 28 octobre et la Connect Conference, le colloque annuel de l’entreprise, pour faire son annonce officielle.

Finalement, l’effet de surprise ne sera pas au rendez-vous. Mais une question persiste cependant, à laquelle Mark Zuckerbeg apportera peut-être une réponse claire le 28 octobre : pourquoi Facebook va-t-il changer de nom ?

Pourquoi l’entreprise Facebook va-t-elle changer de nom ?

D’après les informations de The Verge, ce n’est pas le réseau social en lui-même qui changerait de nom, mais la compagnie mère, qui possède Instagram, Messenger, WhatsApp, Oculus, ou encore Portal. Facebook, contacté par Numerama, n’avait pas encore répondu à nos questions au moment de la publication de cet article.

Le fait que Facebook communique de plus en plus ces derniers mois sur son projet de métaverse est un en tout cas un élément important à prendre en compte : Facebook ne se positionne plus en tant que réseau social, mais en tant que « compagnie du métaverse », comme Mark Zuckerberg l’expliquait au mois de juillet 2021 à The Verge. « Le métaverse va jouer un rôle important dans le futur, de la même façon que l’Internet mobile a fait évoluer Internet. Je pense que le métaverse est le prochain grand chapitre de la compagnie », avait-il notamment déclaré.

Mais qu’est-ce que le métaverse, exactement ? Comme Numerama l’expliquait dans un précédent article, le métaverse est « un univers virtuel fictif, dans lequel les individus pourraient évoluer dans des espaces persistants et partagés, en trois dimensions ». Plus concrètement, le métaverse permettrait aux internautes, grâce à des casques de réalité virtuelle, de la 3D et des avatars numériques, de naviguer sur Internet de manière incarnée.

metaverse facebook horizon
Source : Facebook

Le métaverse, dans l’idée, permettrait de voir et d’interagir avec d’autres personnes, comme si elles étaient présentes physiquement avec nous. C’est notamment ce que promet déjà Workroom, le projet de Facebook censé remplacer les appels en visioconférence par un espace en réalité virtuelle. Un peu comme la scène du Conseil des Jedi dans les épisodes I, II et III de Star Wars (oui, tout le monde a cette référence en tête).

Métaverse ou Conseil des Jedi ? // Source : Lucasfilm

Changer de nom pour se concentrer sur le métaverse, ou pour faire oublier les problèmes ?

Changer de nom permettrait ainsi à Facebook de mieux se positionner et de sortir du domaine des réseaux sociaux. C’est cette stratégie qu’avait adoptée Google en 2015 : en se réorganisant en tant qu’Alphabet, le moteur de recherche avait voulu montrer qu’il était devenu plus qu’un simple moteur de recherche, mais bien une vaste entreprise.

Le changement de nom de Facebook pourrait donc illustrer de manière plus concrète la transformation de l’entreprise voulue par son CEO. Mais la volonté de Mark Zuckerberg de changer le nom de l’entreprise pourrait aussi s’expliquer par les nombreux problèmes auxquels Facebook fait face en ce moment.

Entre les révélations du Wall Street Journal, qui a dévoilé que le réseau social était volontairement plus souple sur la modération des VIP sur la plateforme, qu’Instagram avait conscience d’être nocif pour ses utilisatrices les plus jeunes, que Facebook avait favorisé les contenus toxiques et les fake news ; et l’audition de Frances Haugen au Sénat américain, Facebook n’a pas une bonne réputation ces derniers temps. Changer le focus sur le métaverse, et sur un nouveau nom, pourrait permettre à l’entreprise de s’éviter une trop mauvaise image dans le futur.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo