Un informaticien employé à la préfecture de police de Varsovie a cherché à détourner de l’électricité afin de miner des cryptomonnaies. La police assure qu’elle a découvert et fait cesser « rapidement » son activité illicite.

C’est parfois sous le nez de tous qu’on est le mieux caché. La police de Varsovie, en Pologne, à découvert que leur propre préfecture abritait une ferme de cryptomonnaies illégale.  Le porte-parole de la police Mariusz Ciarka a confirmé à la chaîne de TV locale TVN24 qu’un employé civil travaillant sur la partie informatique, avait « cherché à détourner de l’électricité afin de miner du bitcoin ».

Il a assuré que l’activité de l’employé avait été détectée « rapidement  », sans donner toutefois de détails sur la période qui s’est écoulée entre le début des méfaits et leur découverte. L’employé fautif a été — sans surprise — licencié et fait actuellement l’objet d’une enquête, précise la chaîne de TV américaine ABC.

De l’électricité volée pour miner des bitcoins

C’est loin d’être la première personne à détourner des équipements professionnels ou à voler de l’électricité pour miner des cryptomonnaies. Ces dernières suscitent en effet de plus en plus d’intérêt. Même après avoir essuyé de sérieux revers en Chine (qui a quasiment interdit le minage sur son sol), le bitcoin s’établit par exemple toujours à plus de 32 000 euros ce 3 août. Et les mineurs commencent déjà à redéployer leurs équipements dans d’autres pays.

Si certaines cryptomonnaies valent cher, les miner requiert cependant des équipements endurants et puissants et surtout beaucoup d’électricité. C’est pour cette raison que les mineurs cherchent si activement les zones où l’électricité est la moins chère (nombre d’entre eux n’hésitaient d’ailleurs à se délocaliser dans la région du Sichuan, en période de mousson, car l’énergie captée par les nombreux barrages de la région y était abondante et peu onéreuse).

La guerre aux fermes crypto illégales

Dans cet espèce de Far West auquel ressemble parfois le minage de crypto, certains — comme l’employé de la préfecture de police appréhendé à Varsovie — n’hésitent pas à franchir la ligne rouge et à voler de l’électricité. En juillet 2021, plusieurs Malaisiens ont ainsi été condamnés à de la prison après avoir volé 2 millions de dollars d’électricité. La police locale, visiblement excédée du problème posé par les fermes crypto illégales, a détruit l’équipement des mineurs de manière pour le moins spectaculaire : elle a écrasé leur millier de machines au rouleau compresseur. Une manière peu économe de faire passer un message : les machines valaient plus d’un million de dollars.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !