Des mineurs de bitcoin ont été condamnés à huit mois de prison après avoir volé pour 2 millions de dollars d'électricité. La police locale a détruit leurs machines de manière assez spectaculaire.

C’est ce qui s’appelle envoyer un message. Pour détruire des machines utilisées par des mineurs de bitcoin qui volaient de l’électricité, la police malaisienne les a écrasées avec un rouleau compresseur. Les autorités de Miri, dans l’état du Sarawak, avaient saisi la semaine dernière pas moins de 1 069 machines conçues spécialement pour miner de la cryptomonnaie, rapporte Vice, le 16 juillet. Ces équipements puissants et endurants sont également onéreux : le lot détruit par la police de Miri valait ainsi 5,3 millions de ringgits malais, soit plus de 1,25 million de dollars.

Deux millions de dollars d’électricité volée

Les mesures prises par les autorités locales sont révélatrices du problème posé par les fermes à bitcoin dans plusieurs pays. Le minage de cryptomonnaies est souvent très énergivore. C’est notamment le cas de celles qui, comme le bitcoin, sont basées sur la « preuve de travail », un processus de vérification solide, mais qui demande aux mineurs d’exécuter des calculs complexes pour valider les transactions qui s’opèrent sur la blockchain — et récupérer la récompense en bitcoins associée.

Pour réduire leurs frais, les mineurs privilégient les zones où l’électricité est peu onéreuse. Mais certains n’hésitent pas à la dérober. Et les sommes volées peuvent s’avérer très conséquentes. Le fournisseur d’énergie Sarawak Energy Berhad estime ainsi que les mineurs arrêtés par la police lui ont dérobé pas moins de 2 millions de dollars d’électricité. Les mineurs siphonnent tant d’énergie que leurs activités peuvent également surcharger le réseau et générer des pannes de courant dans certains quartier.

Source : Viktor Forgacs / Unsplash

Parmi les huit personnes appréhendées, six ont été condamnées à huit mois de prison, a précisé le chef de la police de Miri Hakemal Hawari dans une déclaration reprise par le journal malais The Star. Ce n’est pas la première fois que de telles affaires se produisent dans l’état, a t-il précisé : « En 2021, trois maisons ont été rasées, car leurs habitants détournaient de l’électricité. »

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo