Depuis plusieurs semaines, la Chine prend des restrictions de plus en plus sévères à l'égard des mineurs de bitcoin. Dernière étape en date : la fermeture des mines de la région du Sichuan, un des plus gros pôles de minage de cryptomonnaies du pays.

Les mineurs chinois avaient bien senti ces derniers mois que le climat se tendait avec le gouvernement. La menace se concrétise pour eux, rapporte le Financial Times le 21 juin 2021. Les autorités du pays ont donné l’ordre de fermer les mines de bitcoin du Sichuan, une des régions du sud de la Chine qui est aussi l’une des plus actives dans ce domaine.

L’offensive a débuté vendredi 18 juin sous la forme d’une notification conjointe de la Commission régionale du développement et de la réforme du Sichuan et du département de l’Énergie du Sichuan, exigeant la fermeture de 26 mines de bitcoin locales dans un délai de 48 heures.

Les cryptomonnaies ont une consommation énergétique élevée. // Source : Pexels/David McBee

Couper l’électricité aux mines de bitcoin

Pour atteindre leur objectif, les autorités chinoises se sont appuyées, entre autres, sur les fournisseurs de l’électricité de la région. Ces derniers ont reçu pour ordre d’analyser la consommation de leurs clients et de cesser immédiatement de fournir de l’électricité à toute entité s’avérant miner des bitcoin.

Le Sichuan n’est pas la seule région de Chine a être touchée : les autorités du Xinjiang, de Mongolie Intérieure et du Yunnan ont également mené des offensives contre les mines de bitcoin sur leur sol. Début juin, les comptes Weibo (le Twitter chinois) de plusieurs personnalités chinoises influentes dans la sphère crypto avaient également été fermés.

Le Sichuan utilisait beaucoup d’électricité verte

Et dès mi-mai, la Chine avait mis en place plusieurs restrictions autour des cryptomonnaies, interdisant notamment aux institutions financières chinoises, notamment les banques et les entreprises de paiement, de vendre des services liés aux cryptomonnaies.

Signe qui ne trompe pas, les médias contrôlés par l’État en Chine avaient concentré leurs sujets crypto sur les problèmes qu’elles peuvent poser — arnaques, usage dans le cadre de trafic, etc. Le fait que le Sichuan ait lui aussi ordonné la fermeture de mines de bitcoin est cependant un cap de plus dans l’offensive de la Chine contre cette cryptomonnaie.

La Chine redoute la spéculation liée aux cryptomonnaies

Si la région est le deuxième pôle de minage de bitcoin dans la Chine, c’est parce qu’elle dispose d’électricité en quantité, grâce à ses barrages hydroélectriques. Cette électricité a l’avantage d’être peu onéreuse (en particulier pendant la période de mousson) mais également verte. On aurait donc pu penser que le Sichuan serait moins durement touché par les restrictions mises en place par Beijing — qui s’inquiète beaucoup de l’impact du minage de bitcoin sur son bilan carbone.

Cette décision prouve que le désamour des autorités chinoises pour le bitcoin est également lié à d’autres facteurs. Beijing redoute notamment la spéculation que ces activités peuvent entraîner. « Récemment, les prix des cryptomonnaies ont atteint des sommets avant de s’effondrer et les activités spéculatives autour des cryptomonnaies ont repris (…) perturbant le fonctionnement normal de l’économie  », avait ainsi indiqué le régulateur chinois, relayé par The Independent, en mai dernier.

Faire place nette au e-yuan

La Chine veut probablement aussi pousser son projet de créer un e-yuan,  une version numérique de sa monnaie, sur laquelle elle pourra garder un contrôle complet. Elle le teste depuis déjà un an dans quatre grandes villes et prévoit de le lancer officiellement début 2022.

Les restrictions de Beijing sur le bitcoin devraient considérablement redessiner la géographie des activités de minage. À l’heure actuelle, environ 75 % du minage se fait en Chine. Les sociétés crypto locales sont cependant en train de préparer leur migration vers d’autres pays, notamment les États-Unis, qui sont déjà le pays ayant engrangé le plus de bénéfices liés au bitcoin en 2020.

 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo