Le Windows nouveau est arrivé. La toute première version officielle du système a été rendue disponible le 28 juin 2021 par Microsoft. Nous l’avons installé sur une machine pourtant marquée comme incompatible. Retour d’expérience.

Avec l’annonce de Windows 11 le 24 juin, Microsoft a fait naître quelques polémiques sur la compatibilité de son nouveau système d’exploitation avec certains PC. Un temps listé comme compatible avec l’immense majorité des ordinateurs en circulation, Windows 11 semble être désormais réservé aux machines ayant un processeur validé par Microsoft (soit tous ceux sortis après 2017 environ). De quoi inciter les propriétaires de PC à racheter du nouveau matériel au pire moment possible.

Techniquement, mon ordinateur HP Spectre acheté début 2017 n’est donc pas compatible avec le nouveau système à cause de son processeur Intel de 7e génération (le 7200U pour les curieux). Mais durant la phase de bêta-testing, Microsoft laisse les ordinateurs non compatibles tester son système afin d’opérer de potentiels ajustements sur les exigences techniques minimales de Windows 11. J’ai donc sauté le pas, et puisque je m’étais inscrit au programme Windows Insider avant le 24 juin dernier, j’ai pu installer cette première version de Windows 11 sur ma machine.

Premier contact concluant

Après un long téléchargement, une tout aussi longue installation et plusieurs redémarrages, mon ordinateur a affiché l’écran de connexion de Windows 11 sans broncher. Une fois mon mot de passe rentré, la nouvelle interface de Windows, avec son Menu centré et sa refonte esthétique, s’est offerte à moi sans un seul message d’erreur.

Le système semble tourner tout à fait correctement, même si ma machine a soufflé sévèrement durant la première demi-heure d’utilisation. Au vu des nombreuses aventures qu’a connu mon PC depuis 5 ans, rien d’anormal, le ventilateur avait déjà tendance à s’exciter même sur Windows 10. Une fois tout le système bien en place, le processeur n’est quasiment jamais monté au-delà de 50 % d’utilisation.

Un environnement de travail sous Windows 11 // Source : Capture d’écran

Même avec Photososhop et plusieurs fenêtres Firefox ouvertes, la machine a tenu le coup (même si les 8 Go de RAM sont exploités au maximum). Tout n’est pas instantané comme sur une machine plus récente, et le PC n’est pas irréprochable question performances, mais une machine vieille de 5 ans l’est de toute façon rarement. J’ai très rapidement retrouvé mes habitudes et même lancé ma journée de travail dessus sans être jamais dérangé par les habituels hoquets d’une machine poussée dans ses retranchements.

Les apps Android ne sont pas encore là

Le test est bien évidemment limité. Le système est sorti hier (le 28 juin 2021) et je ne l’ai installé que sur une machine. Une machine d’ailleurs pas si vieille, et qui a encore de belles années devant elle avant de devenir obsolète. Mais cela montre tout de même que ce nouveau Windows se déploie sans peine sur certaines machines considérées comme « incompatibles ». Il faudra voir, cela dit, si les prochaines bêta ne compliquent pas les choses.

Cette expérience plutôt concluante n’est d’ailleurs pas due qu’aux prouesses de mon fier ordinateur. Cette première mouture de Windows 11 est également plutôt soignée. La refonte graphique flatte l’oeil : tout semble plus moderne et plus travaillé, notamment du côté de l’explorateur de fichier qui avait besoin d’un coup de frais depuis de nombreuses années. Le focus sur les animations durant le déploiement et la minimisation d’une fenêtre donne en plus un côté très fluide à l’ensemble.

Windows 11 et son Menu Démarrer centré // Source : Capture d’écran

Toutes les fonctionnalités annoncées lors de la conférence ne sont en revanche pas encore là. Impossible par exemple d’installer des applis Android sur Windows via le Store Microsoft. D’autres, comme l’arrangement prédéfini de fenêtres, sont présentes, mais encore un peu capricieuses, tous les logiciels n’étant pas encore compatibles.

La drôle de politique de Microsoft

D’autres petits bugs potentiellement gênants comme le fait que la barre des tâches ne s’affiche pas sur un second écran viennent rappeler que je suis encore sur une version bêta, mais rien de fondamentalement bloquant pour le moment. Même les « groupes » de fenêtre qui permettent de maximiser 2 applications côte à côte fonctionnent bien.

Le fait que je puisse passer ma journée de travail confortablement sur une machine Windows 11 donne des signaux encourageants sur la maturité du système et sa compatibilité avec les applications tierces. Pour autant, nous ne vous conseillons pas d’installer Windows 11 sur votre machine principale : on ne sait jamais quel bug peut encore se cacher dans le système et quelles applications vont avoir du mal à fonctionner. La liste des bugs trouvés par Microsoft est disponible sur le blog de l’entreprise.

Si Windows 11 est encore loin d’être fini, ce premier contact avec le système est plutôt encourageant, et son efficacité sur une machine techniquement marquée comme incompatible interroge encore un peu plus sur la politique actuelle menée par Microsoft.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo