Une mission spatiale dont le ticket est payé avec une crypto-monnaie ? C'est ce que vient d'annoncer Elon Musk. En 2022, une mission vers la Lune aura lieu, grâce au Dogecoin.

Il était déjà possible d’acheter des voitures Tesla avec des bitcoins. Désormais, on peut aussi se payer une mission spatiale avec une cryptomonnaie. C’est en tout cas ce que vient de clamer Elon Musk, le fondateur de SpaceX, dans un message publié sur Twitter le 9 mai 2021. L’année prochaine, dit-il, un satellite sera envoyé sur la Lune et, particularité de la mission, son voyage sera entièrement payé en… Dogecoin.

Pour qui suit le monde des cryptomonnaies, le Dogecoin est un nom déjà familier. Née en 2013, cette devise électronique repose sur les mêmes principes que le fameux Bitcoin : une monnaie numérique décentralisée, sans autorité centrale comme une banque, qui utilise des fonctions mathématiques pour produire de nouvelles unités. Mais surtout, le Dogecoin utilise un mème comme image de marque.

Un ticket pour l’espace… en Dogecoin

L’obsession d’Elon Musk pour le Dogecoin n’est certainement pas étrangère à cette annonce. Depuis bientôt deux ans, l’homme d’affaires américain s’en amuse sur Twitter : il s’est prétendu « ancien patron du Dogecoin »​, avant d’affirmer, le 1er avril 2021, que sa société SpaceX allait envoyer littéralement le Dogecoin sur la Lune, sans que l’on ne sache alors s’il s’agissait d’une plaisanterie ou non.

Paradoxalement, Elon Musk, qui a participé le 8 mai 2021 à l’émission comique Saturday Night Live, a lâché, dans un sketch, que le Dogecoin était « une arnaque », faisant passer la valeur d’un Dogecoin de 70 à 48 cents.

C’est une mission vers la Lune qui sera lancée en 2022. // Source : Pexels (photo recadrée et modifiée)

C’est dans ce contexte que l’annonce d’une mission SpaceX payée en totalité en Dogecoin a été annoncée. Sur Twitter, la société canadienne Geometric Energy Corporation a fait savoir le 9 mai que la mission Doge-1 sera la première du genre à être financée par cette cryptomonnaie. Le tir surviendra au moyen d’une fusée Falcon 9, sa remplaçante, le Starship, n’étant pas encore prête.

Dans un communiqué, il est précisé que la charge utile pour ce col sera un cubesat — c’est-à-dire un mini-satellite — de quarante kilogrammes qui embarquera dans un vol partagé de Falcon 9 — en clair, plusieurs autres clients achèteront aussi un ticket pour ce vol pour se partager le coût d’un lancement de SpaceX. Cette mission lunaire est censée survenir au cours du premier trimestre 2022.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo