Nvidia a détaillé sa feuille de route jusqu'en 2025. Le géant des cartes graphiques va attendre 2022 avant de dévoiler une révision majeure de ses puces. De quoi souffler en période de pénurie ?

La conférence GTC de Nvidia du 12 avril 2021 fut riche en annonces pour les professionnels. Le fabricant américain a dévoilé tout un écosystème matériel et logiciel destiné à démocratiser l’intelligence artificielle en entreprise. Mais en lisant entre les lignes, on peut aussi y apercevoir quelques annonces grand public.

Les RTX 40 en 2022

La feuille de route de Nvidia, montrée rapidement en un slide lors de la conférence, donne à voir le planning des prochaines années et des prochaines architectures. La plateforme Ampere Next sur laquelle devrait se baser la prochaine série de cartes graphiques GeForce RTX 40 arrivera en 2022.

La feuille de route de Nvidia pour les prochaines années // Source : Capture d’écran Numerama

Ces dernières devraient venir remplacer les RTX 30 présentés en septembre 2020. 2021 ne devrait pas être une année creuse pour autant puisqu’on peut s’attendre à voir arriver les RTX 3000 Super et 3000 Ti, légère amélioration des modèles existants basés sur la même architecture Ampère.

Du côté des processeurs, la puce « Grace » (en hommage à Grace Hopper, pionnière de l’informatique morte en 1992) devrait arriver en 2023 puis son successeur en 2025. C’est un système tout en un avec un processeur ARM dédié aux centres de données. Rappelons que Nvidia a racheté la société ARM en septembre 2020 dans un deal à 40 milliards de dollars.

Pénurie, ce gros mot

Pour le grand public, rien de très nouveau donc chez Nvidia, qui continue à exploiter ses architectures pendant deux ans avant de marquer une rupture. Mais en 2021, ce rythme de renouvellement prend une autre saveur. En effet, même si Nvidia n’en a pipé mot pendant sa conférence, l’industrie high-tech dans son ensemble traverse une crise d’ampleur suite à la pénurie de semi-conducteurs.

D’Apple à Samsung en passant par Foxconn et Asus, tous les grands acteurs du secteur peinent à s’alimenter en composants à cause de l’effet combiné de la crise du Covid-19 et de la mode des cryptomonnaies qui ont asséché le marché.

Une demande « titanesque »

« La demande est titanesque, celle des gamers et des gens confinés, tout a explosé  » précise un responsable de Nvidia, qui ajoute que les stocks sont pris en tenaille entre les revendeurs à la sauvette et les acharnés de la cryptomonnaie qui achètent tous de grosses quantités de cartes graphiques. « C’est une guerre sans fin », lâche-t-il, dépité.

La période n’est donc pas forcément propice à faire miroiter des nouveautés qui seront difficilement disponibles ou qui se revendront pour des sommes astronomiques sur des sites d’enchères. « On est la société de la crypto, du gaming et de l’IA. Du coup c’est compliqué », ajoute-t-il.

À en croire les prévisions de Foxconn, la pénurie pourrait bien durer jusqu’au début 2022. Il faudra donc voir comment Nvidia et les autres constructeurs s’en sortiront d’ici là.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo