Android Pie est maintenant sur un smartphone sur dix, Oreo est la version la plus courant d'Android et Nougat est en chute libre. Voilà le panorama le plus récent concernant la fragmentation d'Android.

Cela faisait plusieurs mois que Google n’avait pas mis à jour son tableau montrant le degré de fragmentation d’Android, son système d’exploitation mobile. Depuis la dernière mise à jour datée du 26 octobre, celui-ci est resté curieusement figé, sans qu’aucune explication ne soit donnée. Pourtant, l’OS mobile a continué d’évoluer pendant cette période, avec en particulier le déploiement d’Android Pie.

Tout ça appartient désormais au passé : après une longue période d’inactivité, le tableau a reçu une mise à jour le 7 mai. Comme toujours, celui-ci révèle la répartition entre les différentes branches du système d’exploitation mobile. Cette information est obtenue par Google en collectant simplement les données fournies par les terminaux se connectant à son Play Store.

Répartition des versions d’Android

Actualisé le 7 mai, le tableau reflète les variations de la répartition des parts de marchés que les différentes versions du système d’exploitation subissent au fil des mois.

Dans l’écosystème Android, C’est Oreo (branche 8.x d’Android) qui est la version la plus répandue. En pratiquement six mois, elle a gagné pratiquement dix points, passant d’une part de marché à 19,2 % à un poids de 28,3 %. Les deux sous-branches d’Oreo (8.0 et 8.1) sont à peu près de forces égales, la première étant à 12,9 %, l’autre à 15,4 %.

Oreo est devenue le standard pour la nouvelle génération des smartphones, tandis que les plus récents se tournent plutôt sur Pie. (9.x). On notera d’ailleurs qu’Android Pie apparaît désormais dans le tableau. Présentée début août, cette version se trouve embarquée sur un peu plus d’un terminal sur dix (10,4 %). Elle est désormais la cinquième mouture la plus répandue de l’écosystème Android.

Android Pie
Android Pie.

Hormis Pie et Oreo, les autres grandes versions d’Android sont en recul sur les six derniers mois. Nougat (7.x) a perdu dix points (de 29,3 % de parts de marché à 19,2 %), essentiellement parce que les smartphones bénéficiant de cette version sont éligibles la plupart du temps à Oreo. Le recul pour Marshmallow (6.x) et Lollipop (5.x) est moins sévère, mais reste significatif : la perte est d’un peu moins de cinq points à chaque fois.

Marshmallow se situe désormais à 16,9 % de parts de marché (contre 21,6 % avant) et Lollipop se contente maintenant d’une part à 14,5 % (contre 18,3 %).

Google

Et les autres versions ?

Leur visibilité devient anecdotique ou l’est déjà pour les plus anciennes : il y a bien KitKat que l’on croise encore un peu, sa part de marché étant située à 6,9 % contre 7,8 % il y a un mois. Mais pour Jelly Bean, Ice Cream Sandwich et Gingerbread, ces versions ont presque disparu de la circulation : leurs parts de marché sont respectivement de 3,2 %, 0,3 % et 0,3 %.  À noter qu’elles sont restées très stables sur les six derniers mois.

Lorsqu’elles passeront en-dessous de 0,1 %, le tableau de Google ne les prendra plus en compte.

Les versions les plus âgées tendent naturellement à disparaître au profit des nouvelles et c’est tant mieux, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité informatique mais aussi parce que les nouvelles moutures sont dotées de fonctions plus abouties et de nouvelles options.

Tableau synthétique

Version Nom de code Distribution
2.3.3 –
2.3.7
Gingerbread 0,3 %
4.0.3 –
4.0.4
Ice Cream Sandwich 0,3 %
4.1.x, 4.2.x et 4.3 Jelly Bean 3,2 %
4.4 KitKat 6,9 %
5.0 et 5.1 Lollipop 14,5 %
6.0 Marshmallow 16,9 %
7.0 et 7.1 Nougat 19,2 %
8.0 et 8.1 Oreo 28,3 %
9 Pie 10,4 %

Méthodologie

Les données que fournit Google ne donnent pas une photographie absolument complète de la répartition des versions d’Android dans le monde, dans la mesure où l’entreprise américaine ne comptabilise que les systèmes qui ont été détectés sur le Play Store au cours des 7 derniers jours. En outre, sont aussi exclues les versions dont la part de marché est jugée totalement insignifiante, c’est-à-dire lorsqu’elle elle est inférieure à 0,1 %.

« Ces statistiques sont collectées à partir de la nouvelle application Play Store, qui fonctionne avec Android 2.2 et plus, donc les appareils fonctionnant avec des versions plus anciennes ne sont pas inclus. Cela étant, en août 2013, les versions plus anciennes qu’Android 2.2 représentaient environ 1 % des appareils qui ont pointé sur les serveurs de Google« , écrit l’entreprise américaine.

Mais même si Google a choisi d’exclure certaines données dont le poids statistique est négligeable, et de ne comptabiliser que les terminaux apparaissant sur Google Play (qui demeure incontournable pour la mise à jour de certaines applications), ces informations donnent malgré tout une assez bonne indication de la répartition des parts de marché des principales versions d’Android.

À lire sur Numerama : Quels sont les meilleurs smartphones de 2019  ? Suivez le guide  !

Article publié initialement le 31 juillet 2018

Partager sur les réseaux sociaux