Android Lollipop, Marshmallow, Nougat ou Oreo... les versions d'Android se suivent mais il n'est pas toujours évident d'avoir une vision claire sur la situation de l'OS. Celui-ci subit en effet une fragmentation significative du fait des nombreuses mises à jour disponibles et de la variété des smartphones en circulation.

Quelles sont les versions d’Android qui sont les plus utilisées ? Pour le savoir, c’est en direction du tableau de Google qu’il faut se tourner. En effet, celui-ci révèle les grands équilibres entre les principales branches du système d’exploitation mobile, en se basant sur les connexions au Play Store au cours des derniers jours.

Répartition des versions d’Android

Mis à jour le 7 mai, le tableau montre comme chaque mois plusieurs variations dans la répartition des parts de marchés entre les différentes versions du système d’exploitation.

Nouvelle venue dans la famille Android, Oreo a connu un important bond en avant en début d’année, puisque sa part de marché est passée de 1,1 % en janvier à 4,6 % mi-avril (en additionnant les statistiques des versions 8.0 et 8.1). Début mai, elle est passée à 5,7 %, ce qui constitue une hausse notable pour une période aussi resserrée.

Cela n’a rien de bien étonnant, les constructeurs fournissant désormais de plus en plus cette version dans leurs smartphones les plus récents et la déployant via une mise à jour sur des modèles sortis il y a peu. Oreo reste toutefois encore assez loin du trio de tête, à savoir Nougat, Marshmallow et Lollipop : ceux-là représentent encore près de 80 % de la distribution Android.

Ainsi Nougat (version 7.x de l’OS) et Marshmallow (6.0) pèsent encore chacun plus d’un quart de l’écosystème, : Nougat est à 31,1 %, contre 30,8 % en avril, et Marshmallow à 25,5 %, contre 26 % il y a quelques semaines. Leur dynamique ne sont toutefois pas identique : Nougat a pris plus de deux points depuis le début de l’année, tandis que Marshmallow a fait le chemin inverse, en en perdant deux.

Fragmentation d’Android au début du mois de mai.

L’écart risque toutefois de se creuser pour Lollipop, sa présence sur les terminaux étant en recul mois après mois : elle se trouve sur un peu plus d’un  terminal sur cinq, à 22,4, contre 24,6 % en début d’année. Elle est toutefois la troisième version d’Android la plus répandue sur les smartphones et les tablettes qui ont été aperçus sur Google Play au cours des derniers jours.

Les versions suivantes ne se partagent guère plus que des miettes. KitKat n’est plus que sur un terminal sur dix, avec une part de marché à 10,3 %, mais en déclin (elle était à 12 % en début d’année), tandis que Jelly Bean ne se trouve plus que sur moins de 5 % des terminaux (4,3 %).

Enfin, quant aux autres moutures du système d’exploitation qui sont encore recensées par Google, elles sont pratiquement hors radar : Gingerbread se situe à 0,3 %. De son côté, Ice Cream Sandwich est légèrement au dessus, avec une part de marché a 0,4 %. Elles n’ont pas reculé depuis janvier. Lorsqu’elles passeront en-dessous de 0,1 %, elles sortiront du tableau établi par Google.

Les versions les plus âgées tendent naturellement à disparaître au profit des nouvelles et c’est tant mieux, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité informatique mais aussi parce que les nouvelles moutures sont dotées de fonctions plus abouties et de nouvelles options.

Tableau synthétique

Version Nom de code Distribution
2.3.3 –
2.3.7
Gingerbread 0,3 %
4.0.3 –
4.0.4
Ice Cream Sandwich 0,4 %
4.1.x, 4.2.x et 4.3 Jelly Bean 4,3 %
4.4 KitKat 10,3 %
5.0 et 5.1 Lollipop 22,4 %
6.0 Marshmallow 25,5 %
7.0 et 7.1 Nougat 31,1 %
8.0 et 8.1 Oreo 5,7 %

Méthodologie

Les données que fournit Google ne donnent pas une photographie absolument complète de la répartition des versions d’Android dans le monde, dans la mesure où l’entreprise américaine ne comptabilise que les systèmes qui ont été détectés sur le Play Store au cours des 7 derniers jours. En outre, sont aussi exclues les versions dont la part de marché est jugée totalement insignifiante, c’est-à-dire lorsqu’elle elle est inférieure à 0,1 %.

« Ces statistiques sont collectées à partir de la nouvelle application Play Store, qui fonctionne avec Android 2.2 et plus, donc les appareils fonctionnant avec des versions plus anciennes ne sont pas inclus. Cela étant, en août 2013, les versions plus anciennes qu’Android 2.2 représentaient environ 1 % des appareils qui ont pointé sur les serveurs de Google« , écrit l’entreprise américaine.

Mais même si Google a choisi d’exclure certaines données dont le poids statistique est négligeable, et de ne comptabiliser que les terminaux apparaissant sur Google Play (qui demeure incontournable pour la mise à jour de certaines applications), ces informations donnent malgré tout une assez bonne indication de la répartition des parts de marché des principales versions d’Android.

À lire sur Numerama : Quels sont les meilleurs smartphones de 2018  ? Suivez le guide  !

Partager sur les réseaux sociaux