Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) va se séparer de 11 000 salariés. Mark Zuckerberg assure en « prendre la responsabilité ».

« Aujourd’hui, je dois vous partager l’un des changements les plus durs que nous ayons dû faire dans l’histoire de Meta.» Le billet de blog de Mark Zuckerberg, patron de la maison-mère de Facebook, est venu confirmer ce 9 novembre 2022 une information qui pendait déjà au nez de la multinationale : Meta va renvoyer 11 000 personnes, soit 13 % du nombre total de ses salariés.

« Nous allons prendre aussi un certain nombre de mesures supplémentaires pour devenir une entreprise plus ‘allégée’ et plus efficace en réduisant les dépenses discrétionnaires et en prolongeant notre gel des embauches jusqu’au premier trimestre », peut-on lire dans le billet.

C’est la toute première fois de l’histoire de l’entreprise, depuis 2004, que Meta (ex-Facebook) doit renvoyer autant de gens au même moment, note the Verge.

Meta aurait souffert de trop d’investissements pendant le covid

Toujours selon le fondateur de Facebook, Meta aurait grandement investi pour embaucher des employés pendant la crise du covid : « Au début du covid, le monde s’est rapidement déplacé en ligne et l’essor du e-commerce a entraîné une croissance démesurée des revenus. Nombreux sont ceux qui ont prédit qu’il s’agirait d’une accélération permanente qui se poursuivrait même après la fin de la pandémie. C’était mon cas et j’ai donc pris la décision d’augmenter considérablement nos investissements. Malheureusement, cela ne s’est pas déroulé comme je m’y attendais », peut-on lire.

« Non seulement le commerce en ligne est revenu aux tendances d’auparavant, mais le ralentissement macroéconomique, la concurrence accrue et la perte de signaux publicitaire ont entraîné une baisse de nos revenus par rapport à ce à quoi je m’attendais. Je me suis trompé et j’en assume la responsabilité.»

Le métaverse coûte cher, très cher

En juillet 2022, Meta enregistrait pour la première fois une baisse de son chiffre d’affaires. Trois mois plus tard, l’entreprise annonçait des pertes trimestrielles de 600 millions de dollars de plus que ce qu’elle avait envisagé.

Il faut dire que depuis l’an passé et l’annonce du changement de nom de Meta, l’entreprise de Mark Zuckeberg a décidé de tout miser sur le Métaverse, un concept qui reste pour l’instant flou, de monde alternatif virtuel dans lequel on interagirait en 3D avec d’autres avatars et objets irréels. Il conviendrait de s’y rendre avec des casques de réalité virtuelle ou mixte : c’est pour cette raison que Meta mise actuellement beaucoup sur son Meta Quest Pro, que nous avons récemment testé.

Pourtant, Meta semble décidé à continuer. Dans la lettre de Zuckerberg, on lit : « Nous avons déplacé davantage de nos ressources vers un plus petit nombre de domaines de croissance hautement prioritaires, comme nos recherches en IA, nos publicités et nos plateformes commerciales et notre vision à long terme du métaverse

Meta // Source : Nino Barbey pour Numerama
Le logo de Meta // Source : Nino Barbey pour Numerama

Les entreprises tech renvoient à tour de bras

C’est un séisme qui n’est pas unique dans le monde de la tech : ces derniers mois, de nombreuses entreprises (à l’exception d’Apple) ont annoncé des réductions d’effectif, comme Snapchat ou Salesforce. La dernière en date était un peu à part : Twitter s’est réveillé avec 50 % d’employés et employées en moins en 24 heures après le rachat historique par Elon Musk.