Commercialisé à partir du 25 octobre, le Meta Quest Pro n’est pas un casque de réalité virtuelle mais un produit d’un nouveau genre. Il pourrait être le premier d’une longue série, avant l’arrivée des lunettes de réalité augmentée.

Après la réalité virtuelle et en attendant les lunettes de réalité augmentée, place à la réalité mixte !

Mardi 11 octobre, à l’occasion de sa (longue) conférence Meta Connect, la maison mère de Facebook, Instagram et Oculus (l’ancien nom des casques) a dévoilé le Meta Quest Pro, le premier appareil de sa catégorie. À 1 799 euros, le Quest Pro prend le risque de s’aventurer sur un secteur sur lequel ne se trouve aucun constructeur, même si tout laisse penser qu’Apple proposera quelque chose de très similaire début 2023. Le Quest Pro n’est pas présenté comme un produit grand public, mais il montre en tout cas de quoi sont capables les géants de la tech aujourd’hui. La promesse technologique est alléchante, reste à savoir ce qu’en feront les développeurs (et si les utilisateurs en voudront).

Le socle de recharge du Quest Pro. Il faut accrocher un accessoire aimanté pour passer en réalité virtuelle. // Source : Meta
Le socle de recharge du Quest Pro. Il faut accrocher un accessoire aimanté pour passer en réalité virtuelle. // Source : Meta

Meta dévoile sa réalité mixte

La plupart des casques disponibles aujourd’hui sont des casques de réalité virtuelle. Cette technologie veut dire que l’on place l’utilisateur dans un monde virtuel grâce à des écrans positionnés devant des yeux, qui créent en 3D un environnement virtuel, façon jeu vidéo. La réalité mixte est différente.

Si le Meta Quest Pro est techniquement capable de faire de la réalité virtuelle (dans une qualité record, grâce à des écrans mini-LED avec une résolution 37 % supérieure selon Meta), il est surtout conçu pour un usage d’un nouveau genre. Grâce à plusieurs caméras disposées tout autour du casque (dont certaines en couleur) et à des capteurs sophistiqués qui surveillent les expressions du visage, le Meta Quest Pro peut reproduire la réalité dans le monde virtuel. Autrement dit, en le portant, on peut voir son appartement dans une qualité que Meta présente comme authentique. La réalité mixte permet ensuite d’afficher des éléments virtuels dans le réel simulé, sans se couper du monde. Elle est proche de la réalité augmentée qui ajoute, elle aussi, du virtuel au réel. Mais sans casque.

Étrangement, Meta a été très timide durant sa présentation. L’entreprise a surtout parlé d’expériences de réalité virtuelle dédiée aux professionnels (comme le dessin en 3D ou les réunions), mais n’a pas montré beaucoup d’exemples de réalité mixte. Sans doute pour éviter les critiques. Toutefois, on a pu voir un extrait du jeu Beat Saber directement depuis un salon, avec des notes flottantes dans son vrai environnement. Meta a promis que la plupart des usages liés à la réalité mixte arriveront « prochainement ». Cela laisse encore du temps un peu à Apple pour être le premier à impressionner.

Beat Saber en réalité mixte, avec des caméras qui reproduisent la réalité. // Source : Meta
Beat Saber en réalité mixte, avec des caméras qui reproduisent la réalité. // Source : Meta

Pourquoi le Meta Quest Pro est intéressant

Une seule chose semble sûre aujourd’hui : le Meta Quest Pro à 1800 euros ne dépassera pas les ventes du Quest 2 à 450 euros (350 euros avant l’inflation). Cependant, se contenter de se moquer de son prix est sans doute une erreur. Le Meta Quest Pro est là pour montrer la voie et préparer les consommateurs à la potentielle future « révolution technologique ».

En mai 2022, Numerama a rencontré Lynk, une start-up française qui travaille, elle aussi, sur de la réalité mixte. Son casque est bluffant et nous avait donné envie de croire en cette technologie. Nous avons tendance à penser que la proposition de Meta sera encore plus impressionnante, même si elle ne rencontrera pas le succès espéré faute d’usages.

Les technologies présentées par Meta le 11 octobre 2022 atterriront probablement dans le futur casque d’Apple qui, selon les rumeurs, pourraient même coûter encore plus cher.

Même si le Quest Pro n’est pas pour tout le monde, il s’agit sans doute d’une première étape importante dans la création d’une nouvelle catégorie majeure… et l’espoir pour Meta de créer un écosystème aussi puissant qu’iOS, Android ou Windows. La marque y arrivera-t-elle ? Aujourd’hui, la question qui nous habite est plutôt : « quand pourra-t-on tester le Meta Quest Pro ? », car on a hâte.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.