Elon Musk a confirmé qu’il allait bien racheter Twitter, mais ne se montre pas très rassurant quant à son avenir. Le milliardaire présente Twitter comme le fondement d’une nouvelle application nommée « X » après avoir longtemps promis qu’il venait pour améliorer le réseau social.

Les voyages dans le temps existent. La preuve, nous avons fait mardi 4 octobre un bond de 5 mois en arrière. Elon Musk, en guerre contre Twitter depuis plusieurs mois, a finalement décidé de revenir à sa proposition initiale, à savoir un rachat du réseau social avec une sortie de bourse. Le milliardaire pose une seule condition pour acquérir Twitter : le réseau social doit retirer sa plainte et annuler le procès. Autrement dit, rien n’est encore fait.

Toutefois, au vu des très nombreux rebondissements de ces derniers mois et de la tenue très prochaine (17 octobre) d’un procès qui aurait certainement vu Elon Musk perdre, il est probable que ce second rachat de Twitter aille au bout. Twitter a d’ores et déjà donné son feu vert, tandis qu’Elon Musk a confirmé sur Twitter que tout ceci était bien réel (il avait d’ailleurs mis de l’argent de côté ces derniers mois). Toutefois, son discours a quelque peu évolué. Le « sauveur de Twitter » semble désormais considérer le réseau social comme la base technique pour sa future propre plateforme.

« Acheter Twitter est un accélérateur pour la création de X, l’application qui fait tout »

Elon Musk, de sauveur à destructeur

Pour mieux comprendre l’évolution de pensées d’Elon Musk, retournons au tout début. Comme des SMS privés nous l’ont récemment révélé, l’idée de racheter Twitter a été glissée dans la tête d’Elon Musk par ses amis en mars 2022. Quand l’un d’entre eux lui suggérait de « racheter Twitter pour le supprimer », Elon Musk répondait avoir des intentions bien plus louables : « Peut-être le racheter pour le changer et lui faire respecter la liberté d’expression ? ».

Elon Musk est ensuite passé à l’action en se rapprochant de la direction de Twitter, qui l’a plutôt accueilli les bras ouverts. Jack Dorsey, le créateur du réseau social, dressait alors un tableau très chaotique de son entreprise. Lui suggérait de créer un nouveau réseau social décentralisé. Elon Musk, bien plus optimiste, disait qu’il pensait encore que Twitter pouvait être sauvé sans que l’on ait besoin de repartir à zéro.

Un tweet d'Elon Musk interrogant ses abonnés sur la liberté d'expression, dont ils seraient soi disant privés. // Source : Capture Numerama
Après ce tweet, qui a provoqué un vif débat avec ses amis, Elon Musk a acheté des millions d’actions Twitter. // Source : Capture Numerama

Plusieurs mois plus tard, après des dizaines de messages insultants envers Twitter et sa direction, Elon Musk ne semble plus être sur la même longueur d’onde. L’entrepreneur, qui a souvent déclaré sa flamme au réseau social, n’est pas encore prêt à dire du bien de Twitter. Ce qu’il propose est plus radical et surtout plus en phase avec ce que lui suggéraient ses proches et Jack Dorsey au tout début : tout raser pour tout reconstruire. Elon Musk veut récupérer les équipes de Twitter pour créer sa nouvelle plateforme baptisée X, qui devrait en toute logique prendre la succession du réseau social.

Interrogé par un abonné sur l’intérêt de dépenser 43 milliards de dollars pour un tel projet, alors qu’il pourrait créer « X » à partir de rien, Elon Musk dit que le rachat de Twitter lui permet probablement de gagner entre 3 et 5 ans. On sent toutefois le patron de Tesla et SpaceX peu convaincu par ses propres propos, puisqu’il ajoute un étonnant « mais je pourrais me tromper ». Venant de l’homme qui tweetait la veille sa solution au conflit ukrainien sans aucune remise en question, on peut y voir une forme de non-conviction. Elon Musk se sent sans doute pris au piège avec ce rachat dont il ne peut plus se retirer.

Pourquoi X ? Pour l’anecdote, il s’agit du nom d’une des premières entreprises d’Elon Musk, qui avait ensuite fusionné avec Confinity pour devenir un certain PayPal. Ce nom est cher à Elon Musk qui a racheté en 2017 le nom de domaine X.com, qui affiche seulement un « x » quand tout fonctionne, et un « y » quand il y a un bug. Faire de X le nom du remplaçant de Twitter aurait du sens dans son histoire personnelle, même si rien ne dit qu’il ira jusque-là.

Twitter bientôt remplacé par un WeChat occidental ?

Justement, parlons de ce fameux projet X. Dans la tête d’Elon Musk, cette idée n’est pas nouvelle. Fasciné par l’application WeChat de Tencent, qui permet de tout faire en Chine (messagerie, réseaux sociaux, paiement, papiers officiels, etc.), Elon Musk avait déjà évoqué cette idée lors d’une séance de questions-réponses avec les employés de Twitter le 16 juin 2022.

« En Chine, vous vivez essentiellement sur WeChat, parce que c’est très utile dans votre vie quotidienne. Et je pense que si nous pouvions réaliser cela, ou même nous en approcher avec Twitter, ce serait un immense succès. »

À l’époque, Elon Musk présentait cette inspiration de WeChat comme un moyen de rendre Twitter meilleur. Ce qui a changé en octobre 2022 est qu’il semble ne plus considérer Twitter comme la plateforme du futur. Sa copie de WeChat remplacerait le réseau social… à moins qu’il ne change encore d’avis et que son tweet soit juste parti sur un coup de tête.

Pour l'instant, le procès Twitter v. Musk est toujours prévu du 17 au 21 octobre. // Source : Montage Numerama
Pour l’instant, le procès Twitter v. Musk est toujours prévu du 17 au 21 octobre. // Source : Montage Numerama

Que va-t-il se passer maintenant ? Nous n’en avons aucune idée, puisqu’Elon Musk lui-même ne sait probablement pas ce qu’il va faire. Si le rachat va au bout, il faudra scruter avec attention les personnes qu’Elon Musk nommera à la tête du réseau social, alors qu’il se murmurait il y a quelques mois qu’il avait pour projet d’en prendre les commandes. Le retour de l’idylle entre Musk et Twitter est-il possible, ou le futur propriétaire de Twitter est-il condamné à le détester ?