Au milieu d’un océan de smartphones, de tablettes, d’écouteurs et de téléviseurs, il y aura le casque Oculus Quest Pro cet automne. Un produit de niche pour certains, mais potentiellement le premier d’un nouveau genre.

Invité du podcast de Joe Rogan (oui, le Joe Rogan accusé d’avoir véhiculé des idées antivax), Mark Zuckerberg a confirmé le 25 août 2022 que son entreprise lancera son prochain casque de réalité virtuelle en octobre, sans doute en même temps que la mise à jour d’Horizon Worlds censée rendre les visuels plus réalistes. Le produit, que l’on connaît sous le nom de « Project Cambria » (mais qui devrait s’appeler Quest Pro selon les rumeurs), n’est pas juste le successeur du casque Oculus Quest 2 de 2020. En réalité, il pourrait s’agir d’une vraie rupture technologique.

Le début de la réalité mixte

Techniquement, le Meta Quest Pro sera le premier de son genre. Son design est encore inconnu mais l’engin embarquera plein de nouveaux capteurs afin de filmer le monde en couleur. C’est ce qu’on appelle la réalité mixte. Vous aurez un casque de réalité virtuelle devant vos yeux mais, à l’intérieur, vous aurez l’impression de voir le monde normal.

Deux exemples d'utilisation de la réalité mixte. Des caméras répliquent le monde réel ici.  // Source : Meta
Deux exemples d’utilisation de la réalité mixte. Des caméras répliquent le monde réel en couleur. // Source : Meta

Grâce à cette technologie, les casques pourraient se normaliser. On pourra les garder plus longtemps et faire des choses nouvelles comme, par exemple, ajouter des choses virtuelles dans son environnement réel. Un téléviseur géant sur le mur, une table de ping-pong dans sa chambre, un animal de compagnie… La réalité mixte ouvre plein de portes inaccessibles de la réalité virtuelle. Il n’est plus question de métavers et de monde virtuel mais de nouvelles formes de divertissement et de productivité, ancrées dans le réel.

Il y a quelques mois, Numerama avait eu l’occasion d’essayer le casque de Lynx, une startup française elle-même à l’origine d’un casque de réalité mixte. Sa proposition était très séduisante, grâce à un produit que l’on s’imagine porter, contrairement à un casque de réalité virtuelle. Seul bémol, elle coûte cher. Le Meta Quest Pro pourrait avoisiner les 1 000 euros, alors que le Quest 2 est à 450 euros.

Enfin, comment évoquer la réalité mixte sans parler d’Apple. Ce n’est un secret pour personne, la marque sera la principale rivale de Meta en la matière. Son casque de réalité mixte est attendu pour début 2023 et devrait se positionner sur l’ultra haut de gamme. On a hâte de découvrir la vision de Facebook et de l’opposer à celle d’Apple. Comment les deux entreprises imaginent-elles ces nouveaux produits ?

Le suivi des yeux, une grande première

Le Quest Pro n’est pas seulement excitant pour son aspect mixte. Ce casque intégrera aussi une nouveauté importante : le suivi des yeux grâce à des capteurs à l’intérieur du casque. À quoi ça sert ? À améliorer l’immersion, pour que la réalité virtuelle soit moins floue. Si vos yeux bougent à droite, alors la mise au point se déplacera aussi. Autre utilisation possible : dans les applications avec d’autres personnes, on pourra se regarder, comme dans le vrai monde. Grâce à d’autres capteurs, le Quest Pro pourra aussi savoir quand vous bougez la bouche, pour le répliquer dans le monde virtuel.

Certes, le Quest Pro ne sera probablement pas un immense succès commercial. Mais ce produit définira ce que doit être la réalité virtuelle/mixte selon Facebook, ce qui est déjà une étape majeure pour le développement de cette nouvelle technologie. D’ici fin 2022, on ne voit aucun produit aussi intéressant.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !