Le podcasteur Joe Rogan est critiqué de toute part pour avoir tenu des propos anti-vaccin dans son émission. Alors que plusieurs artistes ont préféré partir de Spotify plutôt que de rester sur la même plateforme, c’est désormais lui qui pourrait partir.

« Si [mon podcast] devient différent parce qu’il est devenu trop important, j’arrête. Si j’arrive au point où je ne peux plus faire ce que je veux, si je dois le faire d’une certaine façon, en faisant attention à tout ce que je dis, et bien, merde ». Dans le numéro 1798 de son célèbre podcast, Joe Rogan a, pour la première fois, dit qu’il pourrait arrêter les podcasts et partir de Spotify si la plateforme le contraignait.

Ça n’a pourtant jamais été le cas jusqu’à présent. Spotify a notoirement laissé Joe Rogan proférer des fake news sur le Covid, des propos anti-vaccin et des insultes racistes dans son podcast pendant très longtemps. Ce n’est que depuis que le musicien canadien Neil Young a, en février 2022, demandé des comptes à la plateforme que Spotify a décidé d’agir.

Spotify_cvover3
Spotify pourrait perdre Joe Rogan // Source : Nino Barbey pour Numerama

Spotify a payé 200 millions de dollars pour le podcast de Joe Rogan

Neil Young a posé un ultimatum au mois de février, agacé par les propos anti-vaccin tenus dans le podcast : c’était lui, ou bien Joe Rogan. Mais Spotify a toujours défendu Joe Rogan, même lorsque Neil Young a supprimé toute sa musique de la plateforme, qu’il a été imité par Joni Mitchell, et lorsque l’histoire a créé de nombreux remous.

Les seules concessions que Spotify a accepté de faire pour calmer la situation ont été de publier sur son site le règlement de la plateforme, et de mettre avant les podcasts de Joe Rogan un message d’information sur le Covid. Des mesures qui n’ont pas été jugées suffisantes par Neil Young et Joni Mitchell, qui ne sont toujours pas revenus sur la plateforme de streaming.

Joerogan_bandeau
Le message d’information sur le Covid que Spotify a mis avant les podcasts de Joe Rogan // Source : Capture d’écran Numerama

Les deux musiciens ne sont pas les seuls à s’être interrogé sur le traitement de faveur accordé à Joe Rogan. Car malgré la polémique et les départs de plusieurs artistes, la plateforme a tenu à garder le podcast. Et c’est surement à cause du prix qu’elle a payé pour en avoir l’exclusivité. Le New York Times a en effet révélé que Spotify avait payé 200 millions pour être la seule à diffuser The Joe Rogan Experience, le double de ce qui avait été avancé à la base.

Pour l’instant, la plateforme n’a jamais publiquement demandé à Joe Rogan de changer son comportement, ou même de ne pas aborder certains sujets. Le commentaire du podcasteur sur un possible départ en cas de limitation sert clairement d’avertissement à Spotify : il n’acceptera aucune modération.

La modération des podcasts est d’ores et déjà un sujet épineux pour les plateformes de streaming. Car en plus de celui de Joe Rogan, Spotify héberge d’autres contenus dangereux. Numerama a notamment révélé que la plateforme avait, pendant longtemps, accueilli les émissions d’Égalité et Réconciliation, la radio d’Alain Soral, multicondamné pour incitation à la haine, et les podcasts du groupe de complotistes QAnon Les DéQodeurs. Si ces deux émissions ont depuis la publication de notre article été supprimées, Spotify continue d’héberger les podcasts de Thierry Casasnovas, un crudivoriste soupçonné de dérive sectaire qui explique que les vaccins sont dangereux pour la santé dans une émission.

Spotify, au vu de la somme déboursée pour s’assurer de l’exclusivité du podcast, pourrait bien renoncer pour de bon à essayer de modérer Joe Rogan, même si cela signifie continuer d’accepter des contenus dangereux. Le site suédois n’est cependant pas le seul à souffrir de problèmes de modération : toutes les plateformes de streaming musical rencontrent le même problème, comme Numerama le montrait dans une enquête. Des contenus anti-vaccin, complotistes ou extrémistes se retrouvent facilement sur toutes les plateformes.