La nuit du lundi 3 au mardi 4 janvier 2022 s’annonce prometteuse pour l’observation des Quadrantides. Voilà comment tenter de voir ces météores et d’où ils viennent.

2021 n’a pas été avare en actualités astronomiques. Amateurs et amatrices d’observations, sachez que 2022 s’ouvre avec d’autres opportunités de s’intéresser au ciel — à l’œil nu ou avec un instrument. Cela commence dès le mois de janvier, notamment avec un essaim d’étoiles filantes : les Quadrantides.

Quand exactement pouvez-vous admirer les Quadrantides en 2022 ? Quelle est l’origine de cette pluie d’étoiles filantes ? Voici tout ce qu’il faut savoir pour en profiter.

Comment observer les Quadrantides ?

Le maximum d’activité de l’essaim des Quadrantides est annoncé dans la nuit du lundi 3 au mardi 4 janvier 2022. À noter que, cette année, les conditions d’observation sont prometteuses, car la Lune est absente (au lendemain de la nouvelle Lune du 2 janvier). Évidemment, il faut également espérer que la météo soit clémente, sinon elle pourrait ruiner le spectacle.

Si vous tentez l’observation, sachez que vos yeux suffisent (en plus d’un bon manteau d’hiver). En théorie, les Quandrantines sont observables toute la nuit, selon Vigie-Ciel. Plus d’une centaine d’étoiles filantes sont visibles au moment du pic d’activité des Quadrantides, toujours en théorie. Dans les faits, il est conseillé de les observer plutôt en fin de nuit, avant l’aube. Les météores seront peu nombreux au commencement de la nuit (moins de 5 par heure). À compter de 3-4 heures du matin, on devrait en recenser davantage, 20 à 30 visibles par heure.

« Ceci est dû au fait que le radiant [ndlr : zone de la sphère céleste d’où les météores d’un même essaim semblent provenir], localisé dans une constellation aujourd’hui disparue, celle du Quadrant mural […], est très bas dans le ciel en première moitié de nuit, et qu’il ne s’élève qu’à partir de minuit. Or, plus le radiant est bas, moins les Quadrantides sont nombreuses ! », résume Vigie-Ciel. Le radiant de l’essaim est à chercher vers l’est, au-dessus de l’horizon. Il se trouve à mi-chemin entre deux étoiles très brillantes, Arcturus (constellation du Bouvier) et l’étoile Polaire (Petite Ourse).

Radiant des Quadrantides, le 4 janvier 2022 à 4h, vu de Paris. // Source : Carte Heavens Above, annotations Numerama
Radiant des Quadrantides, le 4 janvier 2022 à 4h, vu de Paris. // Source : Carte Heavens Above, annotations Numerama

Le radiant sert de de repère pour observer l’essaim, mais les Quadrantides peuvent apparaître partout dans le ciel — ne vous contentez donc pas de fixer le radiant. Il est aussi recommandé de faire preuve de patience : il faut au préalable laisser ses yeux s’habituer à l’obscurité pendant environ 30 minutes.

La vitesse apparente des Quadrantides est moyenne. Les météoroïdes (particules se déplaçant dans l’espace) qui en sont à l’origine entrent dans l’atmosphère terrestre à la vitesse de 41 kilomètres par seconde (plus de 147 000 km/h).

D’où viennent les Quadrantides ?

La Terre croise chaque année sur son orbite des trainées de poussières laissées par des comètes ou des astéroïdes sur leurs propres orbites. Ces petites particules, en entrant dans l’atmosphère terrestre à grande vitesse, produisent des phénomènes lumineux furtifs : les météores (ou étoiles filantes). Moins célèbres que les Perséides (août) ou les Géminides (décembre), les Quadrantides ont pourtant une activité similaire — mais sont plus difficiles à observer.

L’origine des Quadrantides est attribuée à un objet baptisé 2003 EH1, un astéroïde qui pourrait être une comète éteinte (ayant perdu ses éléments volatils). Il faut plus de 5 ans à 2003 EH1 pour faire un tour autour du Soleil. C’est un petit astéroïde, dont le diamètre est estimé à environ 3 kilomètres. Selon Vigie-Ciel, 2003 EH1 éjectait des particules rocheuses lorsqu’il était encore actif, à son approche du Soleil : ce sont ces particules qui continuent de voyager et que notre planète croise régulièrement.

Trajectoire de 2003 EH1, corps parent des Quadrantides. // Source : Capture d'écran Meteorsshowers
Trajectoire de 2003 EH1, corps parent des Quadrantides. // Source : Capture d’écran Meteorsshowers

Le maximum de l’essaim a lieu dans la nuit du 3 au 4 janvier 2022, mais son activité dure plus longtemps, généralement entre le 28 décembre et le 12 janvier. Le pic est très bref (quelques heures, au lieu de 2 jours pour d’autres essaims), car le flux de particules croisé par la Terre est mince. De plus, la Terre traverse ce flux avec un angle perpendiculaire, détaille la Nasa.

Vous savez maintenant comment profiter de l’essaim et d’où il vient. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que la météo soit favorable à l’observation ! Et n’oubliez pas de faire un vœu.