Le giravion martien de la Nasa a encore des envolées de prévues. Avec son quinzième vol sur Mars, Ingenuity va commencer à rebrousser chemin. Pourquoi ne poursuit-il pas son voyage plus en avant ?

Après un « petit saut » en guise de quatorzième vol, l’hélicoptère martien Ingenuity s’apprête à rebrousser chemin. Ce trajet retour doit commencer avec le prochain envol du giravion sur la planète rouge, a indiqué l’agence spatiale américaine le 5 novembre 2021. « Notre voyage de retour vers le champ des frères Wright commence avec le vol 15, qui aura lieu au plus tôt le samedi 6 novembre », a écrit la Nasa dans un tweet — à la date du 8 novembre, l’agence n’a donné aucune nouvelle indiquant que ce vol a eu lieu.

Il est ici fait référence au site initial, sur lequel Ingenuity a décollé et atterri lors de ses quatre premiers vols sur Mars (il a depuis largement dépassé les attentes). La zone a été nommée en référence à Orville et Wilbur Wright, pionniers américains de l’aviation — un morceau de leur histoire se cache d’ailleurs dans l’hélico. Avec son cinquième vol, Ingenuity avait commencé à réaliser des trajets « à sens unique », impliquant de se poser sur de nouveaux sites d’atterrissage.

Reculer pour explorer de nouvelles contrées

Alors, pourquoi décider aujourd’hui de ne pas faire voler plus en avant Ingenuity ? Cela ne signifie pas que la Nasa compte en finir avec son hélicoptère : bien au contraire. « Avec la fin de la conjonction et notre premier vol à 2 700 tours par minute derrière nous, Ingenuity est prêt à commencer le voyage de retour vers le champ des frères Wright sur le site d’atterrissage d’Octavia E. Butler, avant de s’aventurer au-delà », explique la Nasa dans un communiqué.

L’hélico doit en fait suivre son compagnon, le rover Perseverance (c’est lui qui a amené Ingenuity sur Mars), qui est la priorité absolue de cette mission.

Sur cette carte, on peut voir la trajectoire suivie par Perseverance lors de sa première expédition scientifique, vers la zone baptisée « Séítah ».

Itinéraire de Perseverance sur Mars. Ingenuity devra suivre le rover jusqu’au delta. // Source : NASA/JPL-Caltech/University of Arizona

Il lui faut désormais revenir sur ses pas : le premier « road trip » martien de l’astromobile sera achevé quand il y atteindra de nouveau le champ des frères Wright. Plusieurs mois de voyage sont ensuite prévus vers la zone baptisée « Three Forks » (« trois fourches ») : c’est à cet endroit que sa deuxième campagne scientifique commencera. « Depuis les Trois fourches, Perseverance peut accéder à des emplacements géologiques à la base de l’ancien delta (les vestiges en forme d’éventail du confluent d’une ancienne rivière et d’un lac) », avait expliqué la Nasa en juin. On pourrait se demander pourquoi le rover ne roule pas tout simplement vers le nord-ouest : il faut rappeler que cet itinéraire a été choisi, car on sait qu’il est sûr pour un rover.

Ingenuity ne fonctionne qu’en liaison avec Perseverance : les deux engins ne peuvent être séparés de plus d’un kilomètre, sinon l’hélico ne pourrait plus être contrôlé. On comprend dès lors pourquoi le giravion doit impérativement suivre Perseverance dans son voyage vers les Trois Fourches. La mission de l’astromobile et ses objectifs scientifiques sont prioritaires : l’équipe qui supervise les activités d’Ingenuity doit s’adapter.

À quoi va ressembler le 15e vol d’Ingenuity ?

Concrètement, comment les prochains vols vont-ils se dérouler pour rebrousser ainsi chemin ? La Nasa prévoit entre quatre et sept vols jusqu’au champ des frères Wright. En chemin, le logiciel de vol d’Ingenuity sera vraisemblablement mis à jour, pour l’aider à mieux préparer la suite du voyage. Lors du vol n° 15, Ingenuity doit revenir dans la région nommée « Raised Ridges » (« Crêtes surélevées »), qu’il avait photographiée lors de son dixième vol. Ce prochain vol, durant lequel Ingenuity devrait culminer à 12 mètres d’altitude, est prévu pour durer 2 minutes et 10 secondes. La distance à parcourir est de 406 mètres.

Comme lors du vol précédent, Ingenuity doit composer avec des conditions plus difficiles, car la densité de l’air sur Mars faiblit en raison des variations saisonnières sur la planète. Il faudra donc que les pales tournent à 2 700 tours par minute pour qu’il puisse s’élever.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo