Ce sont les événements les plus explosifs du système solaire : les éruptions émises par le Soleil. Mais qu'est-ce qu'une éruption solaire exactement ?

Un satellite de la Nasa a par chance pu capturer le phénomène : le 28 octobre 2021, une puissante éruption a été émise par le Soleil. Sur les images qui ont été obtenues par Solar Dynamics Observatory (SDO), on peut se rendre compte de la dimension spectaculaire de l’événement. Mais qu’est-ce qu’une éruption solaire exactement ?

Les événements les plus explosifs du système solaire

« Une éruption solaire est une rafale intense de rayonnement provenant de la libération d’une énergie magnétique associée aux taches solaires », avait résumé en 2015 la Nasa, ajoutant qu’il s’agit « des événements les plus explosifs de notre système solaire » — dont le Soleil est l’étoile centrale. Concrètement, cela prend la forme de zones lumineuses sur le Soleil, qui peuvent persister de quelques minutes à plusieurs heures. C’est une variation soudaine et rapide de luminosité.

Pour observer cette lumière (des photons qui sont libérés), les scientifiques surveillent le Soleil à la fois dans les rayons X et la lumière optiquement visible. « Les éruptions sont également des sites où des particules (électrons, photons et particules plus lourdes) sont accélérées », complète l’agence spatiale.

Une éruption solaire. // Source : NASA/SDO/Goddard

Éruptions, taches, éjections de masse coronale : quelles différences ?

Il ne faut pas confondre les éruptions solaires avec les taches solaires. Ces dernières sont des zones qui apparaissent plus sombres sur l’étoile, car elles sont plus froides que le reste de la surface solaire. Il y a aussi un lien avec le champ magnétique : les taches solaires se forment là où ces champs sont très puissants, tellement qu’ils empêchent en partie la chaleur du Soleil d’atteindre sa surface. « Les lignes de champ magnétique près des taches solaires s’emmêlent, se croisent et se réorganisent souvent », précise la Nasa. Et c’est ce phénomène qui peut entrainer des éruptions solaires — des explosions d’énergie.

Les éruptions solaires sont parfois accompagnées d’un autre phénomène, qu’on appelle éjections de masse coronale. Ce sont « des sortes de nuages magnétisés qui se propagent dans le milieu interplanétaire à des vitesses allant jusqu’à 2000 km/s », résume l’observatoire de Paris. Les particules chargées issues de ces éjections peuvent être à l’origine d’aurores sur Terre (boréales au Nord, australes au Sud).

Quelles conséquences sur Terre ?

Lors des éruptions solaires, un rayonnement est libéré dans l’espace. Il peut arriver, si l’éruption est très intense, que ce rayonnement interfère avec les communications radio sur nous utilisons sur Terre. Encore plus rarement, lorsque les éruptions solaires sont très intenses, elles peuvent contraindre les astronautes à bord de l’ISS à modifier leur planning (voire, dans le pire des cas, à se réfugier dans certains modules de la station, les mieux protégés).

Le champ magnétique du Soleil a des variations cycliques : chaque cycle dure environ 11 années — nous sommes actuellement dans le 25e cycle, depuis décembre 2019. Tous les 11 ans environ, le champ magnétique connait un basculement. Les éruptions solaires se produisent plus fréquemment au moment où le Soleil est actif, dans les années qui précèdent, et suivent la période du maximum d’activité solaire (il peut alors y en avoir plusieurs dans une même journée, contre moins d’une fois par semaine aux alentours du minimum d’activité solaire).

En fonction de leur puissance, les éruptions sont classées avec des lettres, indique l’ESA : « X » pour les plus puissantes, « M » pour les moyennes et « C » pour les plus petites. Chacune des classes est ensuite subdivisée en suivant une échelle de 1 à 9, qui précise l’intensité de l’événement (une éruption « X2 » est deux fois plus puissante qu’une éruption « X1 », par exemple).

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo