RHESSI, un ancien observatoire spatial de la Nasa, va être précipité dans l’atmosphère terrestre. Le crash de ce satellite à la retraite devrait survenir dans la nuit du 19 au 20 avril 2023, à peu près en même temps qu’une éclipse solaire.

Un satellite de la Nasa va se jeter contre l’atmosphère de la Terre. Le 17 avril 2023, l’agence spatiale américaine a indiqué que son satellite RHESSI (Reuven Ramaty High Energy Solar Spectroscopic Imager), jadis destiné à l’observation des éruptions solaires, se crasherait sur notre planète. L’impact doit avoir lieu dans la nuit du mercredi 19 au jeudi 20 avril.

Ce crash final ne marque pas la fin de la mission de RHESSI, car le satellite est déjà à la retraite depuis des années. Sa mission, entamée le 5 février 2002, s’est achevée le 16 août 2018. Après 16 années d’activité, la Nasa avait préféré mettre hors service son satellite, qui avait fini par rencontrer des problèmes de communication.

Le crash de RHESSI sur Terre représente-t-il un risque ?

Selon les indications de la Nasa, RHESSI devrait entrer dans l’atmosphère vers 3h du matin (heure de Paris), le 20 avril — avec une incertitude de plus ou moins 16 heures, par rapport à cet horaire annoncé. Le retour de l’observatoire d’environ 300 kg dans l’atmosphère sera surveillé de près par la Nasa, ainsi que par le département de la Défense des États-Unis.

Selon l’agence spatiale, le satellite devrait quasiment être détruit lors du contact avec l’atmosphère, « mais certains composants devraient survivre à la rentrée. Le risque qu’une personne sur Terre soit blessée est faible — environ 1 sur 2 467. » Il n’y a donc raisonnablement pas lieu de s’inquiéter.

Représentation de RHESSI dans l'espace. // Source : Nasa
Représentation de RHESSI dans l’espace. // Source : Nasa

Qu’ont appris les astronomes grâce au satellite RHESSI ?

L’observatoire solaire, positionné en orbite terrestre basse, tire sa révérence avec un beau palmarès. RHESSI avait pu étudier un cycle solaire complet (11 ans) et enregistré plus de 100 000 événements de rayons X. Le satellite faisait des images des photons émis pendant les éruptions solaires. En apprenant le crash à venir du satellite, des scientifiques se sont souvenus de leurs travaux fondés sur ses données.

« Ce fut un immense privilège de faire partie de l’équipe scientifique de cette mission au début de ma carrière posdoctorale au Goddard [Space Flight Center] de la Nasa », commente sur Twitter Ryan Milligan, professeur d’astrophysique à l’université Queen’s de Belfast (Irlande). « Une mission étonnante, qui nous a tant appris sur les éruptions solaires, les éjections de masse [coronale], l’accélération des particules », souligne également l’astrophysicien Peter Thomas Gallagher, directeur de l’observatoire Dunsink (Irlande), qui a travaillé sur les instruments de RHESSI à son lancement.

Par coïncidence, le crash de RHESSI pourrait survenir à peu près au même moment qu’un phénomène astronomique impliquant le Soleil, que l’observatoire a tant aidé à comprendre. Une éclipse solaire est annoncée dans la nuit du 19 au 20 avril. Le phénomène sera notamment visible depuis l’Australie. Le moment du crash de RHESSI n’est prévu que 2h avant la totalité de l’éclipse (sans tenir compte de la marge de plus ou moins 16 heures). « Imaginez, un vaisseau spatial en feu transitant devant la couronne solaire visible », se prend à rêver un physicien solaire, Ryan French, du National Solar Observatory (Nouveau-Mexique) sur Twitter.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.