La mission InSight vient de mesurer son séisme le plus durable sur Mars. Le 18 septembre 2021, l'atterrisseur de la Nasa a détecté un événement sismique qui a duré près d'une heure et demie.

« On dirait que Mars a fêté le 1 000e sol [ndlr : jour] d’InSight sur Mars avec le plus long séisme enregistré à ce jour. » C’est en ces mots que la Nasa a annoncé le 22 septembre 2021 via Twitter qu’InSight vient de mesurer le plus gros et le plus durable séisme de toute sa mission sur la planète rouge. La détection a eu lieu le 18 septembre. Cette secousse, qui a duré près d’une heure et demie, est estimée à une magnitude de 4,2 (à titre de comparaison, selon l’École et observatoire des sciences de la Terre, un séisme de magnitude 5 correspond à l’énergie qui a été dégagée par la bombe nucléaire lancée sur Hiroshima).

C’est une très bonne nouvelle pour les scientifiques. Comme l’explique la Nasa dans ce communiqué, l’atterrisseur est parvenu à éliminer assez de poussière de l’un de ses panneaux solaires — avec une méthode qui peut sembler paradoxale, car elle a consisté à rajouter encore plus de poussière. Grâce à cette manipulation, le sismomètre d’InSight a pu rester allumé pendant l’été. La présence de cette poussière martienne sur le robot posait de véritables défis énergétiques. Cependant, malgré cette situation fragile, les équipes ne parlaient pas pour autant de fin de mission pour InSight.

Les séismes martiens détectés par InSight renseignent sur la structure de la planète. // Source : Flickr/DLR (CC-BY 3.0) (image recadrée)

Trois gros séismes détectés en un mois

Le plus long séisme détecté le 18 septembre fait partie d’une série de trois événements majeurs qu’InSight a pu mesurer en un mois. Le 25 août dernier, le sismomètre de la mission a pu détecter deux tremblements de Mars, de magnitudes 4,2 et 4,1. « À titre de comparaison, un séisme de magnitude 4,2 a cinq fois l’énergie du précédent record de la mission, un séisme de magnitude 3,7 détecté en 2019 », indique l’agence spatiale.

Il a déjà été possible de déterminer que le séisme du 25 août de magnitude 4,2 a dû se produire à 8 500 kilomètres de la mission — ce qui en fait le séisme le plus éloigné mesuré par InSight. Il pourrait s’être produit à Valles Marineris, une zone de canyons proche de l’équateur martien. Le séisme de magnitude 4,1 semble s’être produit plus près d’InSight, à 925 kilomètres. Quant à l’origine du séisme mesuré le 18 septembre, il est encore tôt pour tirer des conclusions.

Les séismes mesurés en août ont une particularité intéressante : ils ont eu lieu en journée, au moment où il y a le plus de vent (ce qui est plus bruyant pour le sismomètre). Généralement, le sismomètre repère plutôt les séismes la nuit, quand les vents sont moins forts. Cela signifie que les deux événements étaient assez puissants, pour qu’InSight puisse les distinguer malgré le bruit du vent.

À quoi sert-il de détecter des ondes sismiques sur Mars ?

L’enjeu de la mission d’InSight est d’en apprendre davantage sur l’intérieur de la planète. Lorsque les ondes d’un séisme passent à travers les diverses couches de l’astre (sa croûte, son manteau et son noyau), c’est une aubaine pour mieux déterminer ce qui se passe sous la surface de Mars. Les mesures d’InSight ont ainsi révélé que Mars est « chaude et gluante » à l’intérieur.

Tandis que Mars se rapproche peu à peu du Soleil (on parle aussi de conjonction solaire), ce qui nécessitera de mettre en pause les communications avec les diverses missions, InSight regagne peu à peu de l’énergie. Il est prévu de cesser d’envoyer des commandes à la mission le 29 septembre. Néanmoins, InSight pourra continuer à détecter des séismes pendant la période de la conjonction.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo